Antoine Aubert
Canoë

Un pays où les femmes se font payer pour du sexe

Un pays où les femmes se font payer pour du sexe

Ce mouvement est poussé par une organisation «féministe» qui révolutionne bientôt la société.Photos Fotolia et Stanké

Antoine Aubert

Ça parle de quoi?

Le prix de la chose, c'est l'argent que toutes les femmes du Canada se mettent à demander aux hommes si ces derniers veulent avoir des relations sexuelles. Ce mouvement est poussé par une organisation «féministe» qui va révolutionner la société. Leur logique: puisque les hommes considèrent les femmes comme des putes, autant les prendre au mot.

De quoi bouleverser la vie de chacun, notamment celle des hommes, symbolisés ici par Louis. Cet antihéros qui aimait bien sauter sur tout ce qui bouge se retrouve devant le fait accompli, sans y comprendre grand-chose, mais tentant malgré tout de protester.

On en pense quoi?

Le sujet déconcerte, tant il change de tout ce qu'on a pu lire sur le sujet. Beaucoup ont parlé d'un roman féministe. Est-il juste de qualifier ainsi l'idée de voir (presque) toutes ces dames décidées à se faire payer pour avoir du sexe, en réaction au traitement dégradant infligé depuis des siècles par les hommes? Pas sûr, ou sinon parlons de «féminisme mortifère» en constatant le chaos et la haine qui en résultent.

Plus que d'une victoire d'un camp sur l'autre, ce sont surtout deux solitudes qui émergent. À l'image de Louis, dont la banalité médiocre, notamment quand on le voit agir avec les femmes, constitue le trait de caractère principal, les hommes ne peuvent paraître au lecteur comme des victimes. Mais la radicalité des femmes à l'origine de la tarification générale des relations sexuelles finit par affliger tout autant.

Joseph Elfassi utilise un style plus que direct pour raconter cette courte histoire. Rarement aura-t-on lu des scènes de sexe décrites de manière aussi brute. Voilà pourquoi on n'est guère surpris, en lisant ses remerciements, de son hommage à la romancière française Virginie Despentes, connue pour le même côté explicite et violent dans des livres eux aussi perçus comme féministes. Des livres qui laissent une impression dérangeante, tantôt fascinante tantôt rebutante. Deux qualificatifs qui conviennent aussi à Le prix de la chose.

Qui est l'auteur?

Joseph Elfassi est un journaliste et blogueur québécois qui a notamment travaillé pour le journal Voir et le site Vice. Le prix à payer est son premier roman.

Une citation

«- Mais voyons donc. C'est donc bin bizarre. Pourquoi vous faites ça, câlisse?
-Parce que tous les hommes sont des fils de pute, monsieur Roy. Si c'est une image aujourd'hui, croyez-moi, demain, ce sera la simple réalité.
-Vous êtes une crisse de folle.
-Avec qui vous vouliez baiser il y a quelques secondes.
-Hey, fuck you

Le prix de la chose
Joseph Elfassi
Stanké
113 pages



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos