Andrew Pyper a séduit Hollywood avec son livre

The Demonologist - Andrew Pyper a séduit Hollywood avec son livre

 

Kevin Williamson

Dernière mise à jour: 04-09-2013 | 10h19

L'auteur torontois Andrew Pyper a séduit Hollywood grâce à son dernier roman à suspense, un livre dont l'adaptation pour le grand écran suscite déjà les comparaisons avec Rosemary's Baby de Roman Polanski et Da Vinci Code de Ron Howard.

C'est Robert Zemeckis, sacré meilleur réalisateur par l'Académie en 1995 grâce à Forrest Gump, qui a mis le grappin sur les droits d'adaptation l'an dernier, plusieurs mois avant la parution du livre. Pas tout à fait le genre d'exploit qui fait fureur auprès des cercles littéraires canadiens...

Mais l'auteur de 44 ans assure que des lecteurs qui bouderaient normalement ce type de littérature ont succombé à son livre. «Avec ce livre, tout spécialement, j'ai senti beaucoup de soutien de gens qui ne lisent pas ce genre d'histoire habituellement, a dit Pyper. Ils ont fait une exception. C'est comme aller à Tijuana pour un week-end. Je suis leur petit péché amusant.»

Le péché dont il est question s'intitule The Demonologist. Il s'agit d'un livre à glacer le sang qui relate l'histoire d'un professeur new-yorkais. Après le suicide apparent de sa fille, l'homme, expert de Paradise Lost, un poème centré sur Satan écrit par John Milton au 17e siècle, se trouve propulsé dans un univers où de sombres esprits se manifestent.

«C'est assez hitchcockien, a expliqué l'auteur. On parle d'un homme ordinaire, qui se retrouve à la mauvaise place au mauvais moment. C'est vraiment un univers à la Hitchcock.»

Cela dit, The Demonologist –qui affirme plus fermement les tendances surnaturelles présentes dans les précédents ouvrages de Pyper– ne doit pas être confondu avec une distraction d'aéroport. C'est en fait une descente franchement troublante dans un quotidien plus qu'étrange.

«J'aime quand c'est complet, a dit Andrew Pyper, en faisant référence à ses propres goûts en matière de littérature. Je ne peux pas lire une histoire jusqu'au bout si le style d'écriture est inélégant.» En tant qu'auteur, il prend donc son temps pour «confectionner des phrases qui sont mélodieuses et non grinçantes».

Il semble que sa tactique fonctionne! Alors qu'il connaît déjà le succès –son livre Lost Girls fut en fait un succès de librairie new-yorkais–, l'engouement qui précède le film The Demonologist promet déjà un succès monstre au box-office. Le projet est toutefois encore embryonnaire. Un scénariste a été engagé pour adapter l'histoire au grand écran, mais aucun acteur n'a encore été approché. Idem du côté des réalisateurs (Robert Zemeckis agit comme producteur).

L'implication d'Andrew Pyper dans le processus est, elle-même, minimale. «J'ai un grand intérêt pour ce film, mais je n'ai aucun pouvoir sur ce projet», a-t-il révélé. Il est toutefois confiant, considérant que lui et les producteurs sont animés par le même désir de transmettre une histoire horrifiante et intelligente à la fois. «Comme moi, ils bossent pour un studio de Hollywood qui se spécialise dans l'horreur, mais qui cherche à toucher les esprits matures et réfléchis. On s'est bien compris sur ce point.»

Détaché face à cette énorme machine qu'est Hollywood, Andrew Pyper l'est certainement un peu grâce à ses expériences antérieures. Des rumeurs ont suggéré, il y a plus d'une décennie, que Lost Girls devait être adapté au cinéma. Un grand studio de Hollywood et George Clooney étaient vraisemblablement derrière le projet, qui n'a finalement jamais vu le jour. Avec les années, les droits sont revenus à l'auteur, qui planche d'ailleurs lui-même sur une version adaptée pour le grand écran.

Alors qu'il navigue dans ses propres pages, à enchaîner les versions scénaristiques de son œuvre, l'auteur réalise «que ça n'était pas si difficile que ça. Je peux adapter mon roman au moins aussi bien qu'un scénariste l'aurait fait».

Alors que The Demonologist doit paraître cette semaine, Andrew Pyper travaille déjà à son prochain ouvrage. Sans en révéler l'intrigue, l'auteur a laissé entendre que ce serait encore une fois un roman à suspense.

«Tout le monde en sait déjà trop, je ne veux pas en rajouter, a-t-il dit. Tout ce que je peux dire, c'est que ce fut très agréable à écrire. Je n'ai pas eu à me retenir d'aucune manière. Maintenant, je ne veux plus faire de compromis en ce qui a trait à l'écriture.»

Toujours aussi vague, il ne nie pas la possibilité qu'il y ait une suite à The Demonologist. «Certains de mes personnages principaux sont toujours vivants à la fin et ils ont appris bien des choses, a-t-il révélé. Je n'hésiterais pas à écrire une suite.»


Vidéos

Photos