Accueil Divertissement
 
JDM
Natalie Préfontaine - La veuve de Gaétan Girouard rompt le silence
© Donald Courchesne (Le Journal de Montréal)
Neuf ans après la mort du journaliste Gaétan Girouard, sa veuve raconte comment elle s’est remise de la perte de son amoureux.

NATALIE PRÉFONTAINE

La veuve de Gaétan Girouard rompt le silence

Gabrielle Duchaine
24-11-2007 | 04h00
Près de neuf ans après lamort du célèbre journaliste Gaétan Girouard, sa veuve raconte dans un livre comment elle a surmonté le terrible décès de son amoureux. «Quand c’est arrivé, j’avais tellement mal que je n’arrivais même pas à respirer. Il n’y a rien de pire que de perdre l’être cher.»

Natalie Préfontaine a écrit son livre en à peine quelques mois. Elle raconte sa vie, de sa rencontre avec Gaétan Girouard à aujourd’hui, neuf ans après sa mort.

«Ça m’a permis deme rappeler plusieurs étapes que j’avais oubliées et de me rendre compte que je suis passée par des moments très difficiles pour en sortir pratiquement indemne», dit-elle.

Mort tragique
Le 14 janvier 1999, le journaliste- vedette de TVA mettait fin à ses jours, plongeant le Québec dans la stupeur.

À la barre de la populaire émission d’enquête J.E. depuis 1997, l’homme de 33 ans avait d’abord animé l’émission d’affaires publiques 911. Il était ensuite devenu reporter quotidien à l’émission matinale Salut, Bonjour.

Près de dix ans après son décès, sa veuve a décidé de raconter leur histoire.

«Je l’ai d’abord fait pour mes deux filles, explique-t-elle. Elles étaient très jeunes lorsque c’est arrivé et je voulais qu’elles comprennent ce qui s’est passé, et surtout qu’elles voient à quel point elles ont été fortes.»

Celles-ci, respectivement âgées de 15 et 17 ans, ont commencé leur lecture.

«La plus jeune a terminé le premier chapitre. Elle a beaucoup pleuré. C’est difficile de lire la mort de son père avec autant de détails.»

Grande souffrance
«Quand on m’a demandé d’écrire ce livre, j’ai hésité, mais ça a valu la peine.»

L’ouvrage de quelque 200 pages parle beaucoup du suicide et des mois qui l’ont suivi.

«Ça a été une souffrance infernale, se rappelle Natalie Préfontaine. Il n’y a pas de mots assez forts pour le décrire, il faut l’avoir vécu.

«Ça m’a pris des mois pour commencer à me sentir mieux, mais avec deux enfants, je devais continuer à bouger, à vivre.»

Selon elle, Gaétan Girouard ne s’est pas suicidé à cause de son insécurité et de son manque de confiance en lui.

«Il travaillait beaucoup trop, il s’ennuyait de sa famille et il avait plusieurs poursuites sur le dos.»

La famille, déjà fort éprouvée par cette mort, a ensuite vécu trois autres décès en l’espace de trois ans seulement.

Le père, le beau-frère, puis la mère de Mme Préfontaine sont morts successivement.

«Mais on n’en meurt pas, on grandit. C’est possible de retrouver un équilibre», dit courageusement la veuve du journaliste.

«La preuve, les parents de Gaétan avaient quatre enfants, un seul vit encore. Mais ils sont restés positifs, ils croient en la vie.»

Message d'espoir
Natalie Préfontaine a d’ailleurs écrit ce livre dans le but de donner un peu d’espoir à ceux qui vivent des situations semblables à la sienne.

«Beaucoup de gens peuvent se retrouver dans mon histoire», croit-elle.

«Ça peut être rassurant pour eux de connaître le chemin qui est devant eux, c’est plus facile de continuer comme ça.

«Il y a des milliers de personnes qui vivent des deuils chaque année. Je veux leur dire de garder espoir, de continuer à avancer. Un jour, le soleil rebrille.»

haut