Accueil Divertissement
 
JDM
Bryan Perro - Hanté par notre passé
© Photo Hugo-Sébastien Aubert - Le Journal de Montréal
Bryan Perro

BRYAN PERRO

Hanté par notre passé

Claudia Larochelle
Le Journal de Montréal
03-11-2007 | 05h00
«Je ne ferai pas de politique en parlant de sauvegarder notre culture. Je vais plutôt faire ma part en tentant de préserver notre imaginaire collectif.» En donnant un second souffle à des créatures fantastiques 100% québécoises dans son tout nouveau livre, Bryan Perro veut s’assurer que nos racines restent bien vivantes. Il y prend un malin plaisir.

Nos histoires, légendes et contes, beaucoup issus de nos ancêtres amérindiens, ont contribué à façonner notre identité culturelle. Pour Bryan Perro, la fascination des gens pour cette forme de communication, leur engouement toujours plus grand à l’égard des contes, comme ceux de son ami Fred Pellerin, montre à quel point les Québécois ne veulent pas perdre contact avec leurs traditions ancestrales. De quoi apaiser les craintes de certains…

Paradoxalement, Monsieur Perro a le don d’éveiller celles de sa famille reconstituée, à qui il a révélé un jour que la maison ancestrale dans laquelle ils venaient d’emménager à Grand-Mère était hantée par le pendu de la cave… Quelques années plus tard, à l’achat d’une autre résidence, à Saint- Mathieu-du-Parc cette fois, il a été question d’un ancien cimetière amérindien sur lequel elle avait été construite. La nuit, quand les chiens jappaient, l’imagination des trois enfants s’agitait, au grand désespoir de sa douce d’ailleurs.

SANS LIMITES

Papa Perro n’a jamais démenti. Il y tient mordicus. Le doute doit toujours planer.

L’imaginaire, le sien comme celui des enfants, le fascine au plus haut point. «Il nourrit la créativité et c’est cette créativité qui fait que dans la vie, tu peux te sortir de n’im- porte quoi, que tu n’es pas esclave. Ça donne de la liberté aux humains, ça leur permet de tenir les rênes de leur vie.»

D’aussi loin qu’il se souvienne, l’artiste a toujours aimé raconter des histoires. C’est beaucoup ce qui l’a mené à enseigner pendant près de dix années au Collège Shawinigan, où, comédien de formation, il a par ailleurs dirigé bon nombre de pièces de théâtre.

Avec en poche une maîtrise en études québécoises et une «spécialisation» sur le loup-garou dans la tradition orale du Québec, il a notamment donné des cours aux autochtones. À leur contact, Perro l’écrivain prenait vie, inspiré par une culture ancestrale riche et foisonnante.

VIVRE ET ÉCRIRE

C’est quand les aventures d’Amos Daragon ont commencé à avoir le succès qu’on leur connaît avec douze tomes parus aux Intouchables entre 2003 et 2006 qu’il a pu se consacrer exclusivement au plaisir d’écrire et de raconter des histoires. Quant au projet de créer une série télé basée sur les aventures daragoniennes, il demeure toujours dans l’air sans qu’une date de diffusion ait été déterminée.

Dans l’attente, les jeunes pourront découvrir les créatures présentes dans son nouvel ouvrage, une oeuvre qui pique la curiosité et qui rappelle les soirées passées autour d’un feu dans les camps de vacances.

Aux jeunes qui lui demanderaient si ces créatures existent pour vrai, il répondrait avec un sourire plus satisfait que moqueur que tout ce qu’on peut nommer et imaginer demeure réel…

Créatures fantastiques du Québec, de Bryan Perro, publié aux Éditions du Trécarré, sera disponible en librairies dès le 7 novembre.

haut