Accueil Divertissement
 
JDQ

400E DE QUÉBEC

Le grand projet de Robert Lepage

Karine Gagnon
10-03-2007 | 09h06
En plus de devenir la plus grande projection architecturale de l'histoire, le «moulin à images» que concocte Robert Lepage pour le 400e offrira un spectacle animé en trois dimensions à couper le souffle, promet-il.

«Ce sera très ludique, ce ne sera pas que des projections sur le building, a expliqué Robert Lepage avec enthousiasme, lors d'un entretien exclusif avec le Journal, hier. En plus de la musique et de bandes sonores, ce sera plein d'illusions d'optique qui donneront l'impression que le building bouge et se déplace, en trois dimensions.»

Ce sera, a indiqué le créateur, comme un grand dessin animé de ce qu'est Québec. Les gens pourront voir, par exemple, comment c'était lorsqu'on se déplaçait à cheval.«

Rappelons que le fameux moulin à images de Lepage, projet de 4,5 millions, sera projeté sur les silos Bunge, dans le Vieux-Port, sur une distance de 0,6 kilomètre.

«Ces silos forment un mur de béton qui cache les Laurentides et l'embouchure du Saint-Laurent, alors on va animer tout ça», souligne le créateur d'Ex-Machina. Il mentionne que le tout sera visible de tous les grands hôtels de Québec, de la gare du Palais, de la rue des Remparts et de Lévis.

Robert Lepage souligne qu'il s'agit d'une fresque historique, mais pas d'une «affaire plate, pas d'un documentaire. Ce sera plus ludique que ça», insiste-t-il, disant laisser aux historiens et à l'Espace du 400e les Iroquois, Samuel de Champlain et les jésuites.

Tour Eiffel

Le spectacle, qui sera présenté pendant 40 jours et qui durera 40 minutes, sera issu d'une collaboration avec la compagnie française ETC, qui a participé à l'illumination de la tour Eiffel, en 2000.

Cette entreprise de renommée mondiale a également travaillé sur le spectacle du Mondial de soccer en France et à Berlin. Elle utilise un des systèmes numériques les plus sophistiqués du monde.

«Pour ETC, comme il s'agit d'un record mondial, c'est une publicité extraordinaire, mentionne M. Lepage. Alors, ils sont très généreux parce que, normalement, on n'aurait pas pu se permettre une chose comme ça.»

Comme l'artiste l'a déjà expliqué l'été dernier, la bande sonore du spectacle sera diffusée sur bande FM. Des tests visuels ont été effectués l'an dernier et d'autres suivront à l'été.

Il croit toujours en la souveraineté

Le projet de souveraineté du Québec a toujours sa place, croit fermement Robert Lepage, se basant sur l'exemple de la Communauté européenne.

Appelé à voyager constamment dans le monde pour accomplir son métier de créateur, Robert Lepage est à même d'observer ce qui se passe dans plusieurs pays, dont en Europe. «Même si la Communauté européenne en prend de plus en plus large, les souverainetés européennes restent encore très fortes.»

Le créateur cite l'exemple de la France, qui ne se laisse pas facilement dire quoi faire. «Ça me confirme la pertinence de la souveraineté du Québec», signale-t-il, déplorant toutefois que le Canada ne constitue pas une véritable fédération.

Toujours péquiste

Robert Lepage doit reconnaître que la ferveur souverainiste est moins forte. «Il y a des hauts et des bas, observe-t-il. Quand on piétine un drapeau à Sault-Sainte-Marie, c'est sûr que ça fouette les ardeurs nationalistes au Québec.»

L'artiste adhère d'ailleurs toujours aux idées du Parti québécois. Il se sent particulièrement interpellé par les nouvelles orientations en matière d'éducation et d'environnement.

«C'est sûr que le PQ a toujours été plus sensible en matière culturelle, observe M. Lepage. Il y a d'ailleurs beaucoup d'artistes qui y sont favorables, et comme je suis un artiste...»

haut