Accueil Divertissement
 
Agence QMI
Aventures nordiques - Nicolas Vanier - Le grand voyage
Cote des internautes
3.5/5
(Nbre de vote : 3)

AVENTURES NORDIQUES

Nicolas Vanier - Le grand voyage

Marie-France Bornais
14-01-2012 | 04h00

Après le grand succès de son roman Loup, l'aventurier français Nicolas Vanier propose une palpitante épopée dans le Grand Nord avec Le grand voyage.

La quête de Mohawks, arrière-petit-fils d'un vieux chef des Indiens Nahanni, débute quelque part dans les montagnes du Yukon. Avant de mourir, Raian lui révèle son destin : Mohawks est le prochain Zuyis et doit accomplir le «grand voyage».

Ce périple en solitaire relie tous les villages du Grand Nord et Mohawks devra consacrer quatre ans de sa vie à explorer les montagnes, la taïga, la toundra et la banquise, sur plusieurs continents.

La quête relève de l'exploit et Mohawks le sait: son propre père n'en est jamais revenu. Ce périlleux voyage devient le début d'une formidable quête à la découverte des peuples du Grand Nord, des chiens de traîneau, de la vie en pleine nature. Et c'est aussi une quête intérieure, car Mohawks devra affronter ses peurs, surmonter les obstacles, découvrir sa force et faire des choix.

INSPIRÉ DE SES AVENTURES

Nicolas Vanier s'est inspiré de ses propres aventures dans le Grand Nord pour écrire Le grand voyage, roman palpitant où il raconte non seulement l'histoire de Mohawks, mais aussi celle du Nord, dans toute sa grandeur, sa froideur, son isolement et sa beauté sauvage.

«Le grand voyage, c'est une sorte de rêve que j'ai fait en temps que romancier. Ce qu'il y a de formidable quand on est romancier, c'est qu'on peut se permettre, au-delà de créer des personnages, de réécrire un petit peu l'Histoire, explique Nicolas Vanier en entrevue. En racontant tous ces Indiens d'Amérique du Nord, ces Inuits, ces peuples de Sibérie, tous ces peuples qui ont été abîmés en quelque sorte par l'invasion blanche, par le progrès, je réalise mon petit rêve que tous ces peuples qui sont éloignés les uns des autres puissent finalement s'unir pour faire face à cette menace qui a conduit à ce qu'on sait et à ce qu'on voit aujourd'hui.»

Le grand voyage que fait Mohawks tout autour du Grand Nord, Nicolas Vanier l'a fait. «J'ai traversé le Canada d'un océan à l'autre, la Sibérie du sud au nord et d'ouest en est, la Laponie. Tous ces territoires que Mohawks traverse, je les ai traversés. Et tous les moyens de transport qu'il utilise (les chiens de traîneau bien évidemment, mais aussi les rennes, le canoë, le radeau, les chevaux), je les ai utilisés au travers de mes aventures.»

L'auteur partage son expérience personnelle dans le roman, mais aussi bien des faits, des rencontres. «Les histoires sont celles que j'ai vécues personnellement ou celles qui m'ont été relatées au travers des rencontres que j'ai pu faire.»

POSSIBLE

Un tel voyage serait tout à fait possible. «La meilleure preuve en est que j'ai effectué, par petits bouts, pratiquement l'intégralité de ce voyage. Ce qui est très différent aujourd'hui, et je l'ai constaté au travers de mes voyages, c'est que ce que j'appelle les pays d'en haut sont aujourd'hui très peu peuplés. Tous ces petits villages, toutes ces petites peuplades qui habitaient ces régions sont dans la plupart des cas aujourd'hui des petits villages déserts, des ruines. Le Grand Nord est aujourd'hui très inhabité. Il y a quelques villes, quelques zones où ces peuples se sont rassemblés, généralement autour d'aéroports. C'est la grande différence entre le voyage que raconte ce roman, qui se situe il y a quelques siècles, et ce qu'aujourd'hui on peut constater.

«J'ai imaginé que ces petits peuples, qui finalement étaient très faibles par leur dispersion, puissent s'unir pour faire face à ce raz-de-marée qui les a totalement déracinés, à la fois de leur territoire, de leur culture, de leur art de vivre. Ce sont des peuples qui cultivaient un art de vivre remarquable. À la suite de cela et à la suite d'une rencontre que j'ai faite en Sibérie avec un petit peuple de nomades éleveurs de rennes, qui vit encore un petit peu comme autrefois, j'ai voulu réécrire cette histoire.»

Nicolas Vanier est né en 1962. Il vit en Sologne avec sa femme et ses trois enfants et prépare actuellement l'adaptation cinématographique de son L'or sous la neige, publié en 2004 chez XO Éditions. En France, il supervise le Camp Nicolas Vanier, à Vassieux-en-Vercors (www.nicolasvanier.com).

COMMENTAIRES DES INTERNAUTES
Moyenne des votes :
Nombre de votes : 3

Mita dit : Merci pour le lien On pouvait douter mais la démonstration est probante!Merci 613 grammes pour toutes ces nouveautés et bonnes idées. Une grande-mère convaincue!

1/5
27-02-2012- Dexter- âge : (18-25)

À quand le deuxième tome de ce merveilleux livre qu'est « le grand voyage »?? Car le périple de Mohawks n'est pas terminé, il doit revenir chez les siens!! Merci à monsieur VANIER qui à travers ses beaux romans nous permet de nous évader dans ses aventures…

5/5
03-02-2012- vivenot- âge : (50+)

Une suite est-elle prévue pour ce livre merveilleux qu'est « Le grand voyage »? On reste sur notre faim, car le périple est loin d'être terminé. Bravo pour ce super roman.

5/5
19-01-2012- GEHU- âge : (50+)
LAISSER VOS COMMENTAIRES
Écrivez vos commentaires :


Vos cotes :


Votre nom :


Votre âge :


Votre adresse électronique :




Canoë se réserve le droit de ne pas publier une critique qui pourrait porter atteinte à la nétiquette.