Chroniques

Chronique Bande dessinée

Nicolas Fréret
Canoë

Confidences sur tapis vert

Confidences sur tapis vert

Le 7e vert de Paul Bordeleau, aux Éditions de La Pastèque.Image Paul Bordeleau / La Pastèque

Nicolas Fréret

C'est long une partie de golf. On a le temps de prendre son temps, de jaser et de s'évader, pendant une partie de golf. Ça peut même être un moment de relaxation idéal pour se raconter ou se confier, une partie de golf.

Ce matin-là, Stéphane est venu chercher son père pour l'emmener jouer «une petite game tranquille». Mais il a une idée en tête. Il a des questions à lui poser. Il a un passé à remonter, à explorer, à comprendre, même si parler à Serge, un taiseux discret, est tout un défi.

C'est à cette partie de golf émotionnelle que le talentueux illustrateur Paul Bordeleau nous convie, dans Le 7e vert, une «autofiction» subtile, à l'image de cette activité sportive et artistique.

L'auteur nous fait vivre un beau moment de partage entre un papa et son fils, qui ne se connaissent finalement pas tant que ça. C'est lent, élégant, émouvant.

Paul Bordeleau considère son septième livre (incluant les collectifs) «comme le premier». Une BD qui ressemble à ce qu'il voulait qu'elle soit. Il m'a glissé qu'il avait vécu des moments psychologiquement délicats durant la création. Ça se ressent. L'émotion est omniprésente, même quand le propos est léger et souriant.

J'ai aimé cette partie de golf, la maladresse de Stéphane, l'expertise de son père, la relation de ces deux-là qui sonne juste, du premier au dernier trou. J'ai aimé la douceur, la contemplation, le petit suspense, les frissons... J'ai aimé le dessin aussi. Paul Bordeleau maîtrise son art, avec ce petit côté brut et sa façon de le mettre de côté, quand il le faut.

C'est mon premier coup de cœur de l'année!

Le 7e vert
de Paul Bordeleau
La Pastèque
96 pages



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos