Yan Lauzon
Agence QMI

Plus de 300 films de 62 pays au FNC

Plus de 300 films de 62 pays au FNC

COURTOISIE/FESTIVAL DU NOUVEAU CINÉMA

Yan Lauzon

C'est à un véritable tour du monde que seront conviés les cinéphiles lors du 47e Festival du nouveau cinéma (FNC) à Montréal.

Du 3 au 14 octobre, plus de 300 films en provenance de 62 pays seront projetés dans différentes salles de la ville, dont les nouveaux Cinéma Moderne et Cinéma du Musée situé au Musée des Beaux-Arts.

34 premières mondiales

Il sera possible de découvrir plusieurs oeuvres avant le reste de la planète, car 34 premières mondiales auront lieu durant ces 12 jours, a-t-on appris avec le dévoilement de la programmation du FNC, mardi.

S'y côtoieront des oeuvres primées dans d'autres festivals, des rétrospectives et des découvertes, notamment grâce à plusieurs projections spéciales, que ce soit le documentaire sur le sexisme à Hollywood «This Changes Everything» - avec les stars Meryl Streep, Jessica Chastain et Reese Witherspoon - ou encore «Notre été avec André», une proposition de Claude Fournier s'intéressant au metteur en scène André Brassard.

Louve d'or

Cette année, 16 films seront en lice pour l'obtention de la Louve d'or, prix de la compétition internationale présentée par Québecor mettant en lumière le talent des artistes émergents.

Deux films québécois tenteront de savourer la victoire: le drame sur l'amour «Genèse» de Philippe Lesage et le drame d'animation «Ville Neuve» de Félix Dufour-Laperrière. Vu devant les caméras du drame «Chien de garde» représentant le Canada dans la course aux Oscars, Théodore Pellerin a participé aux deux projets.

L'an dernier, la récompense a été remise à la Française Léa Mysius pour sa comédie dramatique «Ava».

La Louve d'honneur aboutira entre les mains du réalisateur et scénariste américain Paul Schrader («Raging Bull», «Affliction»). La projection de certaines de ses oeuvres composera l'une des rétrospectives du FNC.

Début et fin

Plus récente réalisation de Barry Jenkins qui a triomphé en 2017 aux Oscars avec «Moonlight: l'histoire d'une vie», le long métrage «Si Beale Street pouvait parler» lancera les festivités le 3 octobre, soit près de deux mois avant sa sortie en salle au Québec. Pour l'occasion, l'oeuvre en anglais aura droit à des sous-titres en français.

Le mandat de mettre un terme à l'événement, le 14 octobre, a été confié à l'humoriste français Alex Lutz. Dans sa comédie dramatique «Guy», il se met en scène, prêtant du même coup ses traits à un homme ayant conscience que ses belles années appartiennent à une époque révolue, mais dont la vie est loin d'être terminée.

Il est possible de se procurer des passes et des billets pour le 47e FNC sur le site web du festival (nouveaucinema.ca). Un nouveau point de vente a également été créé au Cinéma Impérial.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos