Agence QMI

Québec Cinéma change le nom de La soirée des Jutra

Dernière mise à jour: 17-02-2016 | 13h30

Les organisateurs de La soirée des Jutra ont décidé de changer le nom de l'événement célébrant le septième art québécois à la suite des allégations de pédophilie qui entachent la mémoire du réalisateur Claude Jutra, décédé il y a 30 ans.

La nouvelle dénomination n'a pas encore été choisie, a indiqué le président du c.a. de Québec Cinéma, Patrick Roy, au cours d'un point de presse tenu à Montréal mercredi, appuyé d'une décision unanime de son conseil.

La directrice générale de l'organisation, Ségolène Roederer, a indiqué que le nouveau nom, qui sera d'abord provisoire, pourrait devenir permanent au cours des prochaines années. «Nous avons déjà des idées», a-t-elle mentionné.

«Nous sommes solides, a ajouté Mme Roeder en parlant de l'équipe de Québec Cinéma. Nous sommes infiniment tristes ce matin, et depuis quelques jours, mais nous avons quand même une très belle soirée qui s'en vient», a-t-elle indiqué au sujet de la 18e remise de prix, qui aura lieu dans un peu plus d'un mois, le 20 mars prochain.

Cette proximité avec l'événement force les organisateurs à effectuer un virage à 180 degrés, en peu de temps. Des discussions urgentes seront menées avec le coproducteur et diffuseur de la soirée, ICI Radio-Canada Télé.

Plus tôt en matinée, mercredi, la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, avait demandé qu'on renomme La soirée des Jutra après qu'une présumée victime eut témoigné dans La Presse+. Celle-ci allègue avoir été agressée dès l'âge de six ans, et pendant 10 ans, par Claude Jutra.

«Le témoignage d'une victime présumée nous a amenés à prendre une décision plus rapidement», a reconnu M. Roy, en se disant «profondément bouleversé» par cette sortie.

«On avait dit dès le départ qu'on ne comptait pas faire d'enquête ou de procès sur cette question-là, mais je dirais de façon très personnelle: je n'ai pas le goût de me questionner sur la véracité de ce témoignage-là. Ça me semble tout à fait crédible, et c'est quelque chose qui m'a profondément ébranlé. Il y a plusieurs éléments dans le texte et avec la personne qui a appuyé la démarche de la victime présumée», confie M. Roy.

La décision de rebaptiser la cérémonie, a-t-il tenu à préciser, ne vient pas de la ministre David, mais bien de son organisation, qui maintient la mise en place d'un comité de sages présidé par la juge à la retraite Suzanne Coupal, lequel pourra conseiller Québec Cinéma sur la suite des choses.

«Je trouve que c'est important aujourd'hui de souligner le courage dont a fait preuve cette personne en acceptant de partager ce témoignage. C'est ce qui nous a poussés à prendre la décision de changer le nom du gala très rapidement après la lecture de cet article», a ajouté le président du c.a. de Québec Cinéma.

«C'est quand même insoutenable, avait dit plus tôt la ministre David à propos du témoignage de la présumée victime.

«Toutes mes pensées vont à cette victime, disons-le, qui toute sa vie a gardé ça [pour lui] et selon ce qui est dit, vit encore des séquelles de ce geste pédophile totalement insoutenable», a-t-elle poursuivi au cours d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale.

«C'est une présumée victime au sens légal du terme, mais c'est quand même insoutenable, a-t-elle dit mercredi. C'est quelqu'un qui raconte ce qu'il a vécu depuis l‘âge de 6 ans, pendant 10 ans. Il y a des sœurs qui témoignent. Il y a une amie de la famille, qui est quand même quelqu'un spécialisée en art-thérapie, qui l'a accompagné. Alors compte tenu de ce qui est écrit, il faut prendre ça au sérieux.»

De son côté, le chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale, Pierre Karl Péladeau, a dit éprouver «un grand malaise» devant les «révélations très troublantes» faites par la présumée victime et ses proches.

C'est une biographie sur Claude Jutra parue mardi, qui est à l'origine de l'affaire Jutra. L'auteur Yves Lever y aborde, dans un segment de quatre pages, «le fait que le célèbre cinéaste éprouvait une attirance pour les garçons et aurait eu des relations sexuelles avec des mineurs».



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Claude Jutra

Voir en plein écran

Vidéos

Photos