AFP

Spike Lee: les studios doivent s'ouvrir à plus de diversité

Spike Lee: les studios doivent s'ouvrir à plus de diversité

Le réalisateur américain Spike Lee, à Berlin, le 16 février 2016.Photo John MacDougall / AFP

Le réalisateur américain Spike Lee, qui va boycotter les Oscars où aucun acteur noir n'est nommé, a jugé mardi que les studios et chaînes de télé devraient s'ouvrir à plus de diversité, ne serait-ce que par intérêt car le public est de moins en moins blanc.

«L'Académie des Oscars n'est pas vraiment le problème. Le problème, ce sont les gardiens (de l'industrie), c'est-à-dire les gens qui sont dans les instances dirigeantes des studios, et des chaînes de télévision», a déclaré le cinéaste lors d'une conférence de presse au Festival du film de Berlin.

Il était interrogé sur sa décision de ne pas se rendre à la cérémonie des Oscars.

Ces dirigeants «se retrouvent autour d'une table tous les trimestres et décident de ce que l'on va faire ou pas. Et la majorité de ces gens sont blancs. Donc s'il n'y a pas de diversité parmi eux, cela se reflète dans les films qui sont faits, dans les films qui sont choisis» pour les Oscars, a-t-il ajouté.

Or, a mis en garde le réalisateur de 58 ans, cela n'est pas bon non plus d'un point de vue économique.

«Ce n'est pas Spike Lee, mais le Bureau du recensement américain, qui a dit qu'en 2046, les Américains blancs seront une minorité dans ce pays. Donc même si vous ne croyez pas dans la diversité, je sais que vous croyez dans le dollar Tout-puissant», a-t-il dit.

«Si l'industrie ne prend pas cela en considération, elle va se retrouver hors course, parce qu'il y a là un gros marché», a-t-il ajouté, citant en exemple l'énorme succès au box-office l'an dernier du film Straight Outta Compton, sur l'épopée du groupe de rap N.W.A.

L'actrice américaine Meryl Streep, qui préside le jury de la Berlinale, a également déclaré dimanche qu'il faudrait des cadres de l'industrie cinématographique un peu moins blancs et masculins pour ouvrir Hollywood à plus de diversité.

Spike Lee a annoncé en janvier qu'il boycotterait la cérémonie des Oscars le 28 février, pour protester contre l'absence d'acteurs noirs parmi les concurrents pour la deuxième année consécutive. Il a été suivi par d'autres personnalités noires, dont l'acteur Will Smith.

L'Académie des Oscars a ensuite annoncé qu'elle allait prendre une série de mesures «historiques» pour s'ouvrir plus aux femmes et minorités ethniques, afin de calmer la polémique.

«S'il n'y avait pas eu de boucan, je pense que l'Académie n'aurait pas fait ces changements», a indiqué Spike Lee.

Le réalisateur a présenté à la Berlinale son dernier film, Chi-Raq, l'histoire d'une femme qui lance une grève du sexe pour protester contre la violence dans les quartiers défavorisés de Chicago.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos