Wenn

Tilda Swinton produit un film sur son «jumeau» de 89 ans

Tilda Swinton produit un film sur son «jumeau» de 89 ans

Tilda Swinton.Photo John MacDougall / AFP

Tilda Swinton signe un documentaire sur l'artiste britannique John Berger. Une envie née «du fantasme pragmatique de la gémellité», d'après l'actrice.

La comédienne oscarisée de 55 ans est devenue amie avec l'artiste octogénaire controversé et touche-à-tout dans les années 1980, alors qu'ils travaillaient sur un film réalisé par Colin MacCabe basé sur une nouvelle de Berger, Play Me Something.

Elle lui consacre à présent un documentaire, The Seasons in Quincy: Four Portraits Of John Berger, qui fera ses débuts cette semaine au festival international du film de Berlin. Anticipant cette diffusion, l'actrice a déclaré au quotidien britannique The Independent que les similarités entre leurs deux vies «formaient le lit de notre complicité, le fantasme pragmatique de la gémellité», un thème qu'on retrouve dans le film.

«Je voulais voir son œil friser et profiter de sa compagnie», a expliqué l'actrice après avoir révélé qu'elle était née le même jour que John Berger, le 5 novembre. Mais ce n'est pas leur unique point commun: « Je suis allée le trouver à Quincy pour le voir, pour faire le point, pour papoter. John se qualifie toujours de raconteur d'histoires plutôt que d'écrivain.»

Tilda Swinton a par ailleurs travaillé régulièrement avec le réalisateur Colin MacCabe, notamment sur le documentaire Derek, en 2008. Le réalisateur a reconnu que, quand il a appris qu'elle voulait faire un documentaire sur John Berger, il ne pensait pas «avoir le courage d'une nouvelle levée de fonds», mais le concept artistique était trop intéressant pour passer à côté.

The Seasons in Quincy: Four Portraits Of John Berger est un documentaire en quatre parties, chacune tentant de saisir des moments de sa vie qui font écho à l'essence du printemps, de l'été, de l'automne et de l'hiver. MacCabe insiste sur le fait que cette approche innovante est avant tout un travail d'équipe, car l'artiste savait comment il voulait que sa vie soit rendue sur grand écran. «John nous a dit qu'il adorerait qu'on vienne le voir mais que la dernière chose dont il avait envie, c'était de parler de sa vie», a expliqué le réalisateur.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos