Isabelle Verge
Agence QMI

Les mauvaises herbes encensé par le Hollywood Reporter

Isabelle Verge

Le film Les mauvaises herbes du réalisateur Louis Bélanger n'est pas passé sous silence lors de sa première mondiale au Festival international du film de Santa Barbara, qui vient tout juste de se terminer. Le Hollywood Reporter lui a fait une critique élogieuse le 12 février dernier, en prédisant au film un avenir plus que prometteur.

Mettant en vedette Alexis Martin, qui a aussi participé au scénario, l'histoire plonge le spectateur dans le monde de Jacques, un acteur de théâtre tourmenté qui se retrouve dans une maison isolée et dans laquelle se trouve énorme plantation de marijuana. Pour se sortir du pétrin financier dans lequel il s'est enfoncé à cause d'un problème de jeu, il accepte d'aider Simon (Gilles Renaud), le propriétaire lui aussi bien endetté, à faire la récolte de cannabis pour une bande de motards. Francesca (Emmanuelle Lussier-Martinez), une femme qui vient inspecter sur le compte d'électricité de Simon, se mêlera également à l'affaire.

«Pourrait devenir un succès grand public», «un des films les plus purement divertissants du Festival cette année», peut-on lire au tout début de l'excellente critique du film, rebaptisé Bad Seeds, sous la plume du journaliste Stephen Farber.

«Ils ont concocté un savant mélange d'humour, de sentiments, et de suspense. L'histoire comporte quelques développements macabres, de l'humour noir, mais il y a aussi beaucoup de chaleur dans la représentation des relations», écrit le journaliste.

«La fin du film risque de tomber dans le sentimentalisme, mais il n'y a jamais basculé», mentionne-t-il.

Les distributeurs américains

Le journaliste va même jusqu'à dire que les distributeurs américains à la recherche d'un film étranger plus accessible devraient sauter sur l'occasion d'acheter le film.

«Il ne serait pas surprenant de voir quelques studios se battre pour les droits de reprise, même si des reprises de succès étrangers ont un bilan inégal», écrit-il avant d'encenser les acteurs et la réalisation.

Il donne par contre une étoile de plus à l'actrice qui s'ajoute au duo. «Lussier-Martinez vole presque le film avec sa dynamique, sexy et redoutable Francesca. Sa conversation avec Renaud sur les techniques appropriées de cunnilingus est une des phrases délicieusement loufoques du film», écrit-il.

Le film prend l'affiche le 11 mars prochain au Québec, et met aussi en vedette Sylvio Archambault, Gary Boudreault, Myriam Côté, Bénédicte Décary, Patrick Hivon, Stéphane Jacques, Emmanuelle Lussier-Martinez et François Papineau.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos