Isabelle Hontebeyrie
Agence QMI

Les heures de gloire: le film de survie en mots-clés

Isabelle Hontebeyrie

En 1952, une tempête du Cap Hatteras («northeaster» en anglais, tempête du nordet) s'abat sur la Nouvelle-Angleterre. À l'écran, Casey Affleck, Eric Bana et Chris Pine se donnent la réplique sous la direction de Craig Gillespie. Voici Les heures de gloire...

Histoire vraie

Les heures de gloire est adapté de l'ouvrage écrit par Casey Sherman and Michael J. Tougias et paru en 2009 par le scénariste Scott Silver. Le long métrage met en scène le sauvetage particulièrement héroïque de l'équipage de deux pétroliers, le SS Fort Mercer et le SS Pendleton, bateaux détruits par une terrible tempête au large de Cape Cod le 18 février 1952. À bord du Pendleton, Raymond Sybert (Casey Affleck) réalise bien vite qu'il lui appartient de calmer l'équipage jusqu'à l'arrivée des secours. À terre, Daniel Cluff (Eric Bana), le responsable de la station des gardes-côtes de Chatham, au Massachusetts, apprend qu'un autre pétrolier, le Mercer, est en difficulté. Il demande alors à Bernie Webber (Chris Pine) de partir avec son équipe de sauveteurs à la recherche de survivants.

Fidèle

Chris Pine a étudié la gestuelle de Bernie Webber pour le rendre aussi réel que possible. «Parce qu'il s'agit d'une histoire vraie, on veut rendre justice à ces hommes et à ce qu'ils ont accompli, a expliqué l'acteur en marge de la présentation de Les heures de gloire. On veut leur rendre hommage et, on l'espère, rendre l'essence de ce qu'ils étaient. Il existe un excellent enregistrement audio de Bernie en train de raconter l'histoire, des années après les faits. En écoutant la manière dont il répondait aux questions, on savait qu'il avait raconté cette histoire de nombreuses fois et j'ai eu le sentiment qu'il n'avait pas envie d'en parler. En discutant avec des gens qui l'ont connu, j'ai découvert que Bernie était quelqu'un de réservé qui prenait très au sérieux un travail dans lequel il excellait.»

Héroïsme

Casey Affleck a accepté de tenir le rôle de Raymond Sybert, l'homme qui se retrouve aux commandes de ce qui reste du Pendleton. Car, quand la tempête ravage le pétrolier, coulant la salle de radio, tous les officiers sont tués. Sybert devient ainsi un héros malgré lui. «Cette histoire a immédiatement évoqué chez moi l'héroïsme et le leadership, de dire Casey Affleck. Ces hommes se trouvaient dans une situation terrifiante et pourtant, ils ont trouvé une manière de travailler ensemble, donnant le meilleur d'eux-mêmes et accomplissant l'incroyable. Cette situation était particulièrement complexe pour Raymond dès le début. Il était un ingénieur et n'interagissait pas avec le reste de l'équipage. Il n'allait jamais sur le pont et il n'avait jamais pris de décision qui affectait la vie d'autres personnes. Par contre, c'était un homme réfléchi, qui connaissait les bateaux. Il apporte l'expérience et la connaissance à une situation hautement émotionnelle, ce qui est très utile quand les hommes commencent à paniquer et à se battre.»

Réalisme

Le cinéaste Craig Gillespie a tenu à ce que tous les détails mentionnés dans Les heures de gloire soient rigoureusement exacts. Ainsi, la manière dont Bernie et sa femme, Miriam (Holliday Grainger) se sont rencontrés et sont tombés amoureux l'un de l'autre - elle était opératrice de téléphone et s'est dit qu'elle allait l'épouser en entendant sa voix pour la première fois - est totalement fidèle à la réalité. «La scène du film du premier rendez-vous entre Bernie et Miriam est tirée verbatim de leurs souvenirs. Le fait de pouvoir ajouter ces nuances et ces vérités [au long métrage] rend les personnages d'autant plus intéressants et permet de présenter des individus uniques», a souligné le réalisateur.

Dans l'eau

«Environ 70 % des scènes en mer ont été tournées en studio. Le reste a été tourné en pleine mer», de préciser Craig Gillespie. Le tournage de Les heures de gloire s'est déroulé pendant l'hiver 2014, l'un des plus froids de la côte Est américaine. Les acteurs conservent donc un souvenir mémorable, des ventilateurs d'une puissance de 200 chevaux leur soufflant de la fausse neige, faite de gélatine végétale pendant des heures!

Les heures de gloire déboule en 3D et en IMAX dans les salles de la province le 29 janvier.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos