Maxime Demers
Journal de Montréal

Le film Starbuck dédié au père de Patrick Huard

Entrevue - Le film Starbuck dédié au père de Patrick Huard

Maxime Demers

Dernière mise à jour: 26-07-2011 | 12h54

L’équipe de Starbuck a dédié le film au père de Patrick Huard qui est décédé il y a une dizaine de jours. Un geste qui a profondément touché l’acteur.

« C’est vraiment un beau geste, a dit hier Patrick Huard, encore ému, lors d’un entretien accordé au Journal quelques minutes avant la première du film, à la Place des arts.

« Mon père, en plus, était un fou de cinéma. Là, qu’on lui dédie un film, c’est quand même gros. En plus, c’est un film dans lequel son fils joue un père, alors c’est très touchant. C’est vraiment un beau cadeau que l’équipe du film a fait à ma famille. Ça nous a fait beaucoup de bien. »

Selon lui, son père, qui était son plus grand fan, aurait été fier de le voir dans ce film qui traite justement de la paternité.

« Mon papa suivait tout ce que je faisais, indique l’acteur et humoriste.

« Je suis passé chez lui ces derniers jours et j’ai vu qu’il s’était fait un petit dossier Starbuck sur son ordinateur. Il demeurait dans la région de Québec alors je l’amenais toujours voir mes films lors des premières à Québec. Et il me faisait toujours sa critique après ! »

Hyper paternité

Starbuck, donc, traite de la paternité sous un angle bien particulier. Dans ce nouveau film de Ken Scott (Les doigts croches), co-scénarisé avec l’humoriste Martin Petit, Patrick Huard joue un éternel ado de 42 ans qui a jusqu’ici tout raté dans sa vie et qui apprend un jour qu’il est le géniteur de 533 enfants.

« C’est un gars qui a été incompétent pendant 42 ans et qui soudainement se rend compte qu’il est un bon père, que c’est dans sa nature.

« Ce que j’essayais de me dire en faisant le rôle, c’est que ce sont toutes ces incompétences- là qui l’ont préparé à être ce père-là qui a de l’écoute, qui accepte les problèmes de ses enfants parce qu’il les comprend ou qu’il est pire qu’eux. C’est un personnage qui a une passivité qui me faisait peur au début. C’était ça, le défi de ce personnage. »

Pour Huard, ce rôle est arrivé dans sa vie au bon moment, pour diverses raisons.

« Je pense que comme mon personnage s’est préparé pendant 42 ans à devenir père, je me suis préparé toutes ces années à jouer ce rôle-là, admet-il. Je n’aurais pas pu le jouer il y a cinq ans. C’est ça qui est extraordinaire dans notre métier. La vie et notre métier contribuent l’un à l’autre.

L’acteur s’est donc inspiré de sa propre expérience de père pour construire son personnage.

« C’est un cliché de le dire, mais ça change tellement une vie. Il y a d’abord le premier choc qui vient avec la responsabilité instantanée de cet enfant qui vient d’arriver dans notre vie.

« Puis, le choc se transforme en motivation et en stimulant extraordinaire. Ça te permet de t’accomplir. À mon avis, il n’y a que dans le fait d’être parent qu’on arrive à faire des choses plus grandes que soi, à s’oublier véritablement et à se donner véritablement.»

Père de nouveau

La sortie du film coïncide avec la triste nouvelle du décès de son père, mais aussi avec une nouvelle plus réjouissante. Lui et sa conjointe Anik Jean, présente hier à ses côtés, ont en effet appris récemment qu’ils attendaient un enfant.

« La paternité est un cadeau extraordinaire, souligne Huard... Je l’ai vécu pour la première fois il y a 14 ans (sa fille Jessie) et je me sens extrêmement choyé parce que je vais revivre cela bientôt. C’est un peu bizarre, mais ça m’a donné tout un coup de jeune!

« Le cycle de la vie fait les choses bizarrement, ajoute-t-il. Mon papa est parti la semaine passée et en même temps, il y a tous ces moments de bonheur qui s’en viennent. Je suis très chanceux d’avoir cela. »

Starbuck prend l’affiche demain partout au Québec.

Patrick Huard avait annulé ses entrevues promotionnelles pour le film la semaine dernière suite au décès de son père.

Deux nouveaux projets de films

Même s’il s’apprête à revenir sur les planches avec un nouveau one-manshow, Patrick Huard ne délaisse le cinéma pour autant. Il planche même actuellement sur deux projets de films.

L’acteur et humoriste qui a réalisé jusqu’à maintenant deux comédies (Les 3 P’tits Cochons et Filière 13) a deux projets en développement avec sa compagnie de production Jessie Films.

« Il y a une comédie noire que je vais réaliser moi même et qui raconte l’histoire de deux jeunes qui se rencontrent en chimiothérapie et qui tombent en amour ensemble. J’ai travaillé sur le scénario avec un ami qui est l’auteur principal. Ce sera tourné anglais.

« L’autre projet est très différent. Avec Bon Cop, Bad Cop (qu’il avait co-scénarisé), j’avais fait un film de police. Là, j’ai le goût de faire un film de bandits. Ça s’appellerait Cinq et c’est l’histoire de cinq gars qui font un coup ensemble. C’est une comédie de bandits. »

Ces deux projets sont présentement en processus de financement.

Pour ce qui est du boulot d’acteur, Huard vient de terminer le tournage du Projet Omertà, prochain film de Luc Dionne (Aurore, L’enfant prodige) qui met également en vedette Michel Côté, René Angélil, Rachelle Lefevre et Stéphane Rousseau. Le long métrage sortira l’été prochain.

« Même avec le one-man-show qui s’en vient, je suis toujours ouvert à jouer, souligne-t-il. Je trouve que c’est un beau beat de faire quelques semaines de spectacle et un film par année. Ce serait l’idéal pour moi. »


Patrick Huard effectuera son grand retour sur scène en mars prochain au Théâtre St-Denis. Le spectacle, son premier en 12 ans, sera intitulé Le Bonheur.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos