Pierre Morency dit oui à Warner Bros.

 Monsieur Oui - Pierre Morency dit oui à Warner Bros.

Claude Giguère
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 16-12-2008 | 13h51

Pour faire la promotion du dernier film de Jim Carrey au Québec, Warner Bros. a choisi un motivateur d'ici qui, comme le personnage principal de Monsieur Oui, ne sait pas dire non.

Monsieur Oui (Yes Man), film mettant en vedette Jim Carrey, sera à l'affiche à compter du 19 décembre au Québec. On y raconte l'histoire d'un personnage dont la vie change radicalement après qu'il a assisté à une conférence qui fait l'apologie du oui à tout prix.

Pierre Morency, conférencier, motivateur et auteur québécois, enseigne cette même philosophie qui est, selon lui, la recette ultime du succès. Il sera donc le Monsieur Oui québécois, le temps de faire la promotion du film. Ses livres (Demandez et vous recevrez, Les masques tombent, Au nom du père et du fils et de la crème glacée) et ses conférences font d'ailleurs l'apologie du oui et de l'attitude positive.

«On remarque trois choses chez les personnes qui décident de changer. Elles sont à l'aise, mais elles veulent plus, elles courent des risques et elles sont capables de transformer un problème en avantage», explique ce diplômé en génie physique qui a voulu être prêtre jusqu'à l'âge de 16 ans.

Selon Morency, il faut dire oui à tout et voir du positif même dans les pires situations. «C'est comme perdre son emploi à cause de la récession. Moi, je vois ça comme un avantage, une chance de repartir sur de nouvelles bases», dit-il. Mais n'y a-t-il pas de risques à dire oui à tout? «Oui, vous risquez d'avoir une vie meilleure. Dans le pire des cas, on tombe et on se relève, on se donne un coup au derrière», dit-il.

Des cas célèbres

Pour illustrer son propos, Morency donne l'exemple de personnalités qui ont osé dire oui au risque, parlant tour à tour de Madonna, de Guy Laliberté et de George Clooney. «Jim Carrey a fait lui-même les cascades dans le film. Pensons aussi à Isabelle Mercier, une avocate qui a tout lâché pour devenir championne de poker», ajoute-t-il.

Autre défi auquel Morency s'est attaqué récemment: aider Rich Parent, qui a joué une cinquantaine de matchs comme gardien dans la Ligue nationale de Hockey avant d'aller jouer en Europe pendant quatre ans, à retourner jouer dans la grande ligue. «Il a déjà joué pour Saint-Louis, Pittsburg et Calgary, je vais le coacher pendant un an et yes, man, il va réussir à retourner dans la LNH!» lance le motivateur.

Et, pour faire mousser la vente de la version anglaise de son livre Demandez et vous recevrez, Morency a demandé à nul autre que Jim Carrey de lui donner un coup de main aux États-Unis. Est-ce qu'il croit avoir de bonnes chances de recevoir une réponse positive? Poser la question, c'est y répondre!


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos