Nostalgie de l'immigrant

Arwad - Nostalgie de l'immigrant

 

Samuel Pradier

Dernière mise à jour: 04-12-2012 | 21h32

MONTRÉAL - Après avoir tourné au Québec au printemps dernier, puis en Tunisie à l’automne, l’équipe de tournage du film Arwad est de retour à Montréal pour mettre en boîte les dernières scènes qui se déroulent dans un appartement d’Outremont.

Écrit et réalisé par Samer Najri, le scénario parle de la nostalgie d’Ali, un Montréalais d’origine syrienne, qui, après la mort de sa mère, décide de retourner vivre à Arwad, une île au large de la côte syrienne.

«Le retour à la terre d’enfance est une illusion d’après moi. Ce n’est pas un lieu géographique, c’est une époque révolue, a expliqué le réalisateur. Toute la question du film est la désillusion et le retour à sa maison. Mais c’est où la maison pour quelqu’un qui est déraciné? C’est un dilemme que beaucoup d’immigrants vivent. On n’est pas chez nous ici, et on ne l’est plus là-bas.»

Samer Najri a fait appel à un comédien syrien qui vit en France, Ramzi Choukair, pour incarner son personnage principal, alors que Julie McClemens incarne sa femme et Fanny Malette sa maîtresse.

«Le scénario est très poétique, proche de la réalité, vraiment touchant, a indiqué Julie McClemens. C’est une belle histoire.»



Horaire cinéma

Choisir un film
Choisir un cinéma

Vidéos

Photos