Un Québécois dans la Communauté de l’Anneau

Agnès Gaudet - Journal de Montréal

Les véritables stars de la trilogie du Seigneur des anneaux, ce sont aussi les créateurs d’effets spéciaux. Parmi ceux-là, Mathieu Raynault, un p’tit gars de Montréal qui a travaillé sur le dernier de la trilogie en Nouvelle-Zélande.

Mathieu Raynault est un des six experts en décor numérique qui a mis sa touche au dernier long métrage de la fameuse trilogie de J.R.R. Tolkien, Le Seigneur des anneaux: Le Retour du roi. Un des meilleurs matte painters du monde. Dans l’atelier du réalisateur Peter Jackson, à l’autre bout de la planète, il a peint une à une les images de décors imaginaires ou de ceux impossibles à filmer. Grâce à son expertise, il a modifié les alentours du mont Doom, créé de toutes pièces la lave du volcan et le sol volcanique, et contribué à l’aspect étrange du ciel.

Le jeune homme de 30 ans a terminé le travail le 15 novembre dernier, avant de confier le précieux document à l’équipe des effets sonores pour l’étape finale du long métrage.

Les dernières semaines de travail ont été intenses. Mathieu Raynault et ses collègues travaillaient sept jours sur sept, 10 heures par jour sur leur écran d’ordinateur. La dernière semaine, Mathieu a mis 100 heures pour terminer le travail à temps. Technologie oblige. Un seul plan de film peut prendre jusqu’à un mois de travail à temps plein. À chaque étape de création, au jour le jour, le réalisateur Peter Jackson se pointait pour analyser et approuver les images. Mission accomplie. Aventure complétée.

Comme les Nations Unies

Mathieu Raynault, natif de Saint-Bruno, n’en est pas à ses premières créations. Il a travaillé sur Le Seigneur des anneaux – Les Deux Tours, La Matrice II et III, Gangs of New York, The Mummy Returns, Star Wars II et Little Stuart II. En sept ans, il s’est taillé une place dans le milieu des effets spéciaux et a travaillé pour plusieurs gros noms du cinéma américain : Georges Lucas et Martin Scorsese pour ne nommer que ceux-là.

Dans les ateliers de Peter Jackson, à Wellington en Nouvelle-Zélande, il a fait partie d’une équipe de quelque 350 créateurs. Une grosse famille de passionnés au sein de laquelle chacun a sa spécialité bien définie. Mathieu peint des décors virtuels. Cent autres ont travaillé sur les créatures du Seigneur des Anneaux : « Là-bas, c’est les Nations Unies, d’expliquer Mathieu, joint par téléphone en Australie où il profite de son séjour pour visiter les alentours. Il y a des Anglais, des Américains, des Canadiens, des Allemands, des Japonais, des Australiens, des Néo-Zélandais et trois Québécois. Il y règne une ambiance de campus, où chacun donne le maximum pour faire de ce film un succès d’équipe. Des petites gangs d’amis se forment automatiquement. J’ai des amis dans plusieurs pays du monde. »

Bientôt King Kong

Pour se rendre jusque-là, Mathieu Raynault s’est spécialisé en animation 3D au centre NAD (Centre national d’animation et de design) au Québec, au milieu des années 1990. Il a tout de suite déniché du travail et roulé sa bosse jusqu’aux grosses productions américaines.

Le travail ne manque pas. Mathieu Raynault pourrait s’établir définitivement en Nouvelle-Zélande, mais son pays lui manque. « Certains créateurs restent sur place pour les prochains contrats, moi je préfère revenir à Montréal », affirme-t-il.

Mathieu Raynault reviendra dans la neige de Montréal le 19 décembre. Plusieurs projets suivront pour lui. Il travaillera notamment sur Day After Tomorrow, dans lequel il devra couvrir New York de glace, puis viendra King Kong, qui est en préproduction.


Horaire cinéma

Choisir un film
Choisir un cinéma

Vidéos

Photos