Fiche film

Ce qu'il faut pour vivre V.F. de Necessities of Life, The

Genre : Drame
Classement : G
Provenance : Québec
Durée : 1 h 42 min
Sortie en salle : 29 août 2008

Acteurs

Réalisateur

Site officiel

Ce qu'il faut pour vivre

Bande annonce

sur Canoë tv

Synopsis

En 1952, Tivii, chasseur inuit atteint de tuberculose, quitte la Terre de Baffin et sa famille pour aller se faire soigner dans un sanatorium de Québec. Sans repères, ne comprenant pas le français, l'autochtone fugue mais est bientôt retrouvé dans une cabane, épuisé. De retour à l'hôpital, il refuse de s'alimenter et exprime son désir de mourir, ce que son médecin ne peut accepter. Sommée de trouver un moyen de le faire manger, l'infirmière Carole décide de transférer au sanatorium Kaki, un orphelin inuit qui, ayant été élevé par des Blancs, peut servir d'interprète à Tivii. Au contact du jeune garçon, le chasseur reprend goût à la vie et guérit peu à peu. Il en vient alors à caresser le projet d'adopter Kaki, afin de lui redonner un foyer ancré dans sa culture d'origine.

Critique de film

Lire l'article
Ce qu'il faut pour vivre V.F. de Necessities of Life, The

Cote des internautes

4,5 Étoiles4.5/5(8 votes)

Cote de Canoe.ca

4 Étoiles4/5

Écrivez vos commentaires
  • © Séville

À l'affiche dans les cinémas suivants

Ce film n'est pas à l'affiche.

Commentaires des internautes

4,5 Étoiles4.5/5(8 votes)

  
  
Canoë se réserve le droit de ne pas publier une critique qui pourrait porter atteinte à la nétiquette.

  • Bernard Gervais

    | (âge 50+) | | 5/5

    Avec CE QU'IL FAUT POUR VIVRE, Benoît Pilon passe du film documentaire à la fiction avec brio. Les plans qu'il filme sont toujours très beaux. Quant aux acteurs (surtout les principaux), il les dirige de façon admirable. Cependant, ce qui frappe aussi dans cette oeuvre est, bien sûr, le scénario écrit par le cinéaste Bernard Émond où le reconnaît rapidement le style si particulier à ce grand réalisateur : scènes presque silencieuses de paysages, dialogues peu nombreux, visages impassibles des personnages qui comme, la musique, nous invitent à réfléchir sur la condition humaine. De plus, dans l'histoire qu'il nous raconte ici , Émond sait de quoi il parle, lui qui connaît très bien les Inuit, puisqu'il a également travaillé comme anthropologue dans le Grand Nord canadien. Malgré quelques longueurs, une splendide réalisation qui mérite pleinement d'avoir remporté le prix Jutra du meilleur film québécois pour l'année 2008 !


  • G. Marsot

    | (âge 36-49) | | 5/5

    Malheureusement j'ai raté ce film en salle à Montréal. Avec le Prix Jutra, il faudrait le remettre à la disposition du public. S'il-vous-plaît!


  • Gaétane

    | (âge 50+) | | 5/5

    Émouvant, j'ai pleuré tout le long du film et je ne suis pas braillarde..


  • ti-jules de montreal

    | (âge 36-49) | | 5/5

    Ce qu'il faut pour vivre...c'est l'essentiel. Apres avoir passer 20 minutes plates a regarder le film Rhumba, le cinema m'a échanger mon billet pour cette belle histoire touchante sur la vie m'éconnu des Inuites et la terrible maladie tuberculose dans les années 1950. C'est un histoire bien simple qui touches nos emotions autant spirituels qu'emotionnels. La maladie aujourd'hui est un fléau, avec le cancer, le SIDA, et les maladies du coeur qui emportent nos proches et nos amis. Ce film nous sensiblise à la fragilité de l'être humain face à la maladie ainsi que les barrieres linguistiques dans notre société. Il a des sous titres ici et là dans le film, à cause de la langue Inuite, mais ca ne ralentis pas le deroulement du film et j'ai apprécier cela car ca conserves l'authenticité du film selon les origines du personnage principale. Je le conseilles fortement à tous, sauf aux enfants en bas age, puisque c'est un drame psychologique et certaines scenes pourraient etre offensives à de jeunes spéctateurs.


  • Martine Duclos

    | (âge 36-49) | | 5/5

    Tout simplement magnifique!


Affichez tous les commentaires Plus