Accueil Divertissement
 
 
Agence QMI
Starbuck - Irrésistible
© Agence QMI/Marie-Claude Forest
Les artisans du film Starbuck

STARBUCK

Irrésistible

Maxime Demers
Journal de Montréal
25-07-2011 | 21h35

On s’attendait à une comédie comme une autre visant simplement à faire rire. Mais Starbuck se révèle finalement aussi touchant que drôle. Une belle surprise.

Ken Scott nous avait déjà joué le tour il y a huit ans en signant le scénario de La Grande Séduction, cette délicieuse comédie dramatique qui avait charmé de façon unanime.

À la barre de son second film à titre de réalisateur (après Les doigts croches), Scott vient à nouveau nous prendre par les sentiments avec ce récit attendrissant d’un grand irresponsable quadragénaire (excellent Patrick Huard) qui trouve sa voie en apprenant qu’il est le géniteur de quelque 533 enfants.

À partir d’une idée de départ cocasse mais anecdotique, Ken Scott et Martin Petit (qui a cosigné le scénario) ont réussi à tisser une histoire universelle qui touche en plein coeur, en abordant avec délicatesse et originalité un thème inépuisable (la paternité).

Comme dans ses films précédents, Scott a trouvé le ton juste, qui mélange avec finesse comédie, drame, ironie, tendresse et sensibilité, avec un soupçon de bons sentiments. Malgré quelques répliques bien trouvées ici et là, Scott et Petit ont su bien doser l’humour, en ne cherchant pas à multiplier les gags à tout prix et en priorisant toujours l’aspect humain de leur histoire.

La grande réussite de Starbuck tient en grande partie à la performance magnifique de Patrick Huard, particulièrement touchant dans le rôle principal. Présent à l’écran dans pratiquement chacune des scènes, il porte le film sur ses épaules avec un naturel et une authenticité désarmante. C’est grâce à son jeu sincère et tout en nuances que l’on s’attache tant à ce personnage qui aurait pu être si détestable. Bravo!

Note: 4/5. Starbuck, une comédie dramatique de Ken Scott avec Patrick Huard, Julie Le Breton et Antoine Bertrand.

Starbuck prend l’affiche aujourd’hui. Notre critique complète du film sera publiée dans le cahier Week-End de samedi.

haut