Isabelle Hontebeyrie
Agence QMI

Les Schtroumpfs: le village perdu: parfait pour les petits

 Les Schtroumpfs: le village perdu : parfait pour les petits

Photo Columbia Pictures

Isabelle Hontebeyrie

Les jeunes enfants seront fascinés par ces nouveaux Schtroumpfs animés, mais les parents déploreront l'absence de second degré.

Pour ce troisième film mettant en vedette les bonshommes bleus créés par le bédéiste Peyo, les studios Sony ont choisi l'animation à 100%, au contraire des deux volets précédents qui incluaient de véritables personnages incarnés par Neil Patrick Harris, Jayma Mays et Hank Azaria, probablement en raison de la baisse significative de revenus au box-office entre le premier et deuxième long métrage.

Effacées donc les aventures précédentes, Les Schtroumpfs: le village perdu, les Schtroumpfs repartent à zéro sous la direction de Kelly Asbury (Shrek 2) et toujours avec l'aval de Véronique Culliford, fille de Peyo et inspiration pour la Schtroumpfette; la bande-dessinée Les Schtroumpfs et le Village des filles est également éditée en maillage avec cette production.

C'est d'ailleurs la Schtroumpfette - sa voix continue d'être doublée avec succès par Marie-Mai pour la version française présentée au Québec et Demi Lovato prend le relais de Katy Perry chez nos voisins du Sud -, la seule fille au milieu de 99 Schtroumpfs, qui est le personnage principal de ces nouvelles péripéties animées.

En compagnie du Schtroumpf à lunettes, du Schtroumpf costaud et du Schtroumpf maladroit, la Schtroumpfette découvre une carte donnant la localisation d'un mystérieux village, situé dans la Forêt interdite. À leur grande surprise, nos quatre aventuriers découvriront une autre bourgade, celle-ci entièrement peuplée de Schtroumpfs féminins. Évidemment, comme d'habitude, l'infâme Gargamel, aidé d'Azraël et d'un tout nouveau compagnon, est à leurs trousses.

Jouant à plein la carte d'une animation entièrement pensée pour les tout-petits, les studios font la part belle à un environnement visuel et scénaristique où la magie domine. Les couleurs sont éclatantes, les animaux et les plantes peuplant la forêt possèdent des capacités peu communes, le message en est de «girl power» (la coscénariste Pamela Ribon figure aussi au générique de Moana) et le tout est saupoudré de musique et d'action.

Les parents, eux, s'ennuient ferme. Terminées les plaisanteries à double-sens, le Gargamel dément d'Hank Azaria, l'histoire construite. Les Schtroumpfs: le village perdu ne dépare ni de la série télévisée animée ni de La Flûte à six schtroumpfs, sorti en 1975. Or, en cette ère de Bébé boss et autres films d'animation pour enfants pensés aussi pour les adultes, ce nouvel épisode des Schtroumpfs fait pâle figure.

Note: 3 sur 5



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos