Isabelle Hontebeyrie
Agence QMI

Vie: Méchant «alien»!

 Vie : Méchant «alien»!

Photo Sony Pictures

Isabelle Hontebeyrie

Comme dans Alien de Ridley Scott, la vie extraterrestre découverte par des astronautes dans Vie n'est vraiment pas gentille!

Les ressemblances avec le long métrage de Scott sont tellement nombreuses qu'il serait vain de vouloir toutes les recenser. Sachez seulement que le film de Daniel Espinosa (Le refuge et Easy Money) écrit par Rhett Reese et Paul Wernick (le tandem derrière Zombieland et Deadpool... mais aussi G. I. Joe - Les représailles) détaille le combat entre les habitants de la Station spatiale internationale (SSI) contre une nouvelle forme de vie ramenée de Mars.

Les scientifiques à bord de la SSI ont une mission: récupérer des échantillons de sol martien rapportés par une capsule spatiale. Hugh Derry (Ariyon Bakare) est celui qui découvre un organisme unicellulaire après ses tests en éprouvette. Il le bichonne et le ramène à la vie dans un laboratoire en lui offrant une atmosphère semblable à celle de la Terre à l'ère préhistorique. La créature - baptisée Calvin au cours du long métrage de 102 minutes - se développe sous l'œil ravi et émerveillé du reste de l'équipage, composé de David Jordan (Jake Gyllenhaal), Miranda North (Rebecca Ferguson), Rory Adams (Ryan Reynolds) Sho Kendo (Hiroyuki Sanada) et Katerina Golovkin (Olga Dihovichnaya), la commandante de la mission.

Mais comme toute forme de vie est forcément animée des pires intentions - sinon il n'y aurait pas de film à suspense! - Calvin va tuer les membres de l‘équipage pour assurer sa survie. Les manières utilisées par l'extraterrestre pour s'attaquer aux humains sont aussi sanglantes qu'horribles, sinon, là encore, il n'y aurait pas de frissons de dégoût chez le public.

La course contre la montre - les scientifiques de la SSI doivent empêcher Calvin de rallier la Terre et d'anéantir l'espèce humaine - n'offre rien d'exceptionnel aux amateurs de science-fiction, pas plus que les inévitables morts. Les effets spéciaux, eux, sont suffisamment bien faits pour être crédibles, certains passages sont d'ailleurs particulièrement réussis, comme ceux où Calvin se «nourrit» grâce à des espèces de bâtons d'oxygène.

Certaines bonnes idées sont mal exploitées, qu'on pense au personnage de Jake Gyllenhaal, ancien soldat qui préfère le calme de l'espace à la folie guerrière terrienne, les premiers contacts avec Calvin placés sous le signe de l'émerveillement, la grâce fluide de la créature ou le scientifique handicapé qui a l'illusion de retrouver l'usage de ses jambes grâce à l'apesanteur.

La fin surprenante, à mille lieues des standards hollywoodiens habituels (accompagnée d'une petite musique qui rappelle le premier La planète des singes avec Charlton Heston), est indéniablement l'élément fort de ce film d'action et de science-fiction et rachète beaucoup la banalité du scénario.
Pour amateurs du genre seulement.

Note: 3 sur 5



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos