Isabelle Hontebeyrie
Agence QMI

Power Rangers: une nouvelle version bien inutile

Isabelle Hontebeyrie

Parfois, exploiter la nostalgie ne sert à rien!

Tout le monde se souvient de la série télévisée Power Rangers. Les costumes aux couleurs vives (et maintenant un peu délavées), les monstres aujourd'hui vraiment démodés en raison de l'avancée des effets spéciaux et du maquillage, leurs bras croisés au-dessus de leurs têtes, etc. Ça, c'est la nostalgie, celle qui nous pousse à, de temps en temps, aller jeter un œil du côté de YouTube pour revoir quelques scènes ou le générique et sa musique, encore présents dans nos mémoires.

Aujourd'hui, les Power Rangers ont bien changé et les «ados» (car les acteurs qui les incarnent ont entre 20 et... 29 ans!) ont eu droit à une légère mise à jour. Car les jeunes d'aujourd'hui font face à des problèmes qui n'existaient pas - ou pas à la même échelle - dans les années 1990.

Jason (Dacre Montgomery) est un joueur de football de l'équipe de l'école secondaire d'Angel Grove dont la blague idiote - entrer un taureau dans les vestiaires - lui a valu une suspension ainsi que la fin d'une possible carrière. Kimberly (Naomi Scott) se fait rayer du groupe de filles populaires de l'école parce qu'elle a relayé une photo privée. Billy (Rj Cyler) est autiste, la mère de Zack (Ludi Lin) est gravement malade et Trini (Becky G) ne communique pas avec sa famille.

Un soir, alors que les cinq jeunes - qui ne se connaissent pas - se trouvent à proximité d'une mine, Billy met à jour des «pièces» de couleur, et celles-ci donnent à nos futurs héros des pouvoirs extraordinaires. Le groupe découvre ensuite un vieux vaisseau spatial dans lequel officie le robot Alpha 5 (voix de Bill Hader) - relooké - et Zordon (voix de Bryan Cranston), ancien Power Ranger tué par la redoutable Rita Repulsa (Elizabeth Banks) et désormais partie intégrante des circuits électroniques du vaisseau.

Ces deux mentors expliquent aux jeunes qu'ils ont été choisis pour défendre la Terre et qu'il leur faut apprendre la manière de se métamorphoser en Power Rangers. Mais l'opération est plus facile à dire qu'à faire, nos cinq jeunes n'ayant aucune conscience qu'il leur faut être soudés pour que le miracle se produise.

Malheureusement pour le spectateur le plus patient, ladite transformation n'intervient que plus de 85 minutes après le début de ce long métrage de 124 minutes.

Outre les effets spéciaux qu'on est en droit d'attendre pour un film au budget de 105 millions $, il y a peu de choses à signaler de ces Power Rangers décidément bien fades. Entre les problèmes redondants des ados, les acteurs dans la vingtaine qui ne sont pas crédibles en jeunes de 16 ans et qui, décidément, jouent bien mal, les attaques lassantes de Rita Repulsa et les blagues qui ne lèvent pas, on se demande ce qui peut bien justifier un investissement pareil... si ce n'est que le patron de Lionsgate, les studios derrière le film, pense à une franchise de cinq ou six films!

Au secours!

Note: 1,5 sur 5



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos