Isabelle Hontebeyrie
Agence QMI

Je compte sur vous: l'arnaque du siècle...

Isabelle Hontebeyrie

Oui, cet homme dont les incroyables tribulations sont racontées ici a réellement existé. Et oui, il est l'un des plus grands escrocs de tous les temps.

Les scènes d'ouverture de Je compte sur vous sont fascinantes. Au téléphone, Gilbert (Vincent Elbaz). Il appelle la directrice (Anne Charrier) de la succursale d'une banque. Se fait passer pour le directeur. Puis, avec adresse, bagou et un sérieux redoutable, monte une histoire d'enquête des services secrets sur un client qui recevrait de l'argent d'organisations terroristes. Il lance le mot Al-Qaïda, sa victime est ferrée, la directrice y croit dur comme fer. D'autant que Gilbert prend son temps. En compagnie de son frère Maxime (Ludovik), il fait ainsi intervenir un agent de la DGSE - les services secrets français -, un ministre et tutti quanti. Car Gilbert a de l'imagination... et aucune limite. Il peut ainsi devenir, le temps d'un appel téléphonique, le président de la République... ce dont il ne se prive pas.

Et, lorsqu'elles succombent, ses victimes lui transfèrent des millions d'euros. Dans certains cas, elles n'hésitent même pas à agir au mépris des lois et lui donnent, de leur plein gré, des mallettes pleines de billets!

Car, évidemment, Gilbert est un escroc de haut vol, doté d'un flair pour la psychologie humaine particulièrement fascinant. Et, bien qu'il ait promis à sa femme, Barbara (Julie Gayet, incidemment la petite amie de François Hollande, président français, dans la vraie vie), d'arrêter ses délires, il a bien du mal à ne gagner que quelques centaines d'euros en vendant des cuisines. Malheureusement pour lui - comme c'est le cas dans ce genre d'histoire -, il vise trop haut, se pense invulnérable et s'attaque à des criminels, des vrais, alors qu'il est traqué par une inspectrice (Zabou Breitman).

Très librement adapté de la vie de Gilbert Chikli, escroc franco-israélien condamné en France, mais réfugié en Israël, qui a défrayé la chronique en réussissant à voler quelque 50 millions d'euros, Je compte sur vous démarre sur les chapeaux de roues. Le cinéphile suit, fasciné, les manœuvres de cet homme hors du commun en se disant que lui aussi se serait fait avoir.

Mais rapidement, le réalisateur Pascal Elbé (l'excellent Tête de Turc) manque de souffle et s'enlise. Le long métrage de 98 minutes perd son élan en voulant se concentrer sur les ennuis, policiers et autres, de Gilbert. En intégrant des moments de sa vie de famille (les soupçons de sa femme, les histoires qu'il raconte à son fils), on perd ce qui faisait l'attrait du personnage. Car un homme comme Gilbert est, par essence, mystérieux. Lui enlever ce qu'on pourrait qualifier de «pouvoirs magiques» en présentant les rouages de sa vie manque singulièrement d'attrait.

Dommage.

Note: 3 sur 5



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos