Isabelle Honteyrie
Agence QMI

Génération Wolf: La marijuana sauve de presque tout!

Isabelle Honteyrie

Avec un début qui fait penser à celui de Rain Man, Génération Wolf reprend un sujet familier.

Vincent Del Toro (Christian de la Cortina, bien connu des amateurs de séries télévisées puisqu'il incarne Miguel Gonzalez dans O') a un léger souci. Il retape de vieilles voitures de luxe (y installe des moteurs électriques), mais ne parvient pas à obtenir l'agrément du bureau d'immatriculation. Plutôt que de découvrir l'existence d'un frère autiste et héritier de la fortune paternelle (ce qui arrive au personnage de Tom Cruise dans Rain Man), il va se tourner vers la plantation de marijuana.

Avant d'en arriver là, notre héros tentera toutes les autres solutions légales, mais se cassera le nez devant le refus de toutes les banques auprès de qui il déposera sa demande de prêt. Car il lui faut de l'argent rapidement, les voitures ayant été saisies. En allant rendre visite à son père (Sergio Hernandez), un ami d'enfance, Bill (Tyler Murree), lui montre sa plantation clandestine de M39, une variété de plant de marijuana qui est récoltable en bien peu de temps. Il décide alors d'investir une vieille grange qui appartient à son père et de la convertir en serre.

Mais le malheur s'acharne sur Vincent. Son ex (Hayley Sales), à qui il doit l'argent, change la date de paiement. En plus, son père découvre les plants de mari et... appelle la police! Rapidement, Vincent Del Toro se retrouve dans une situation qui le dépasse, d'autant que le crime organisé est à ses trousses.

Tourné à la fois à Montréal et à Los Angeles, Génération Wolf est d'une facture hyper léchée (Vincent Allard est le directeur de la photographie) et les voitures de luxe montrées à l'écran feront se pâmer d'aise les amateurs. Surfant sur un thème souvent exploité (Les mauvaises herbes récemment), Christian de la Cortina, également coscénariste (avec Frank Baylis) et réalisateur du long métrage, fait dans le suspense en prenant un malin plaisir à ajouter des rebondissements parfois un tantinet invraisemblables.

Autre élément intéressant de Génération Wolf, le fait que le cinéaste et acteur ait produit ce film de manière totalement indépendante, sans recevoir de subventions, ni de la SODEC, ni de Téléfilm Canada.

Note: 2,5 sur 5



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos