Isabelle Hontebeyrie
Agence QMI

Mobile étoile: Luc Picard au piano

Isabelle Hontebeyrie

Luc Picard se transforme en pianiste et donne la réplique à Géraldine Pailhas et à Nathalie Choquette dans ce film de Raphaël Nadjari.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que le sujet de Mobile étoile est très spécialisé, le réalisateur Raphaël Nadjari ayant, avec son coscénariste Vincent Poymiro, décidé de se pencher sur la musique classique. Et pas n'importe laquelle, les deux hommes traitent, dans cette histoire tournée à Montréal, de la musique française sacrée, composée pour les synagogues à la fin du XIXe siècle et au début du XXe.

Daniel Dussault (Luc Picard) et sa femme Hannah (Géraldine Pailhas), chanteuse, s'occupent d'une chorale et donnent des récitals de cette musique liturgique en compagnie de leur fils adolescent, David (Alexandre Sheasby). Or, lorsque le film s'ouvre, ils ont du mal à joindre les deux bouts et cherchent du financement par tous les moyens possible. En fait, leur situation est tellement précaire qu'ils n'ont pas payé la location de leur local de répétition depuis des mois, au point où Marius (Raymond Cloutier), qui gère les lieux, doit les expulser.

Daniel, dont le père (Marcel Sabourin) est placé en raison de sa santé défaillante, tente de trouver des récitals par tous les moyens possibles et passe une annonce pour trouver une autre voix féminine. Abigail (Éléonore Lagacé, la fille de la soprano Nathalie Choquette), une adolescente, y répond. En parallèle, Samuel (Paul Kunigis), l'ancien professeur d'Hannah, arrive à Montréal avec une partition rare dans ses bagages, et son attitude ne manque pas de générer des tensions. Soulignons également l'apparition de Dorothée Berryman en membre de la chorale, ainsi que de Nathalie Choquette en mère d'Abigail, la chanteuse doublant également les interprétations musicales de Géraldine Pailhas).

Rythmé par huit pièces, presque toutes créées par le compositeur Jérôme Lemonnier et mises en paroles par Emmanuel Moses, le long métrage fait, bien sûr, la part belle au classique. Si, au début, on se laisse prendre par le scénario qui sort de l'ordinaire ainsi que par la prestation impeccable de l'ensemble des comédiens, il est difficile de garder l'intérêt sans être mélomane.

Note: 3 sur 5

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos