Isabelle Hontebeyrie
Agence QMI

La belle saison: ça frappe en plein coeur

Isabelle Hontebeyrie

C'est une bien belle histoire qu'a choisie de livrer la cinéaste française Catherine Corsini dans son neuvième long métrage.

Delphine (Izïa Higelin) est fille de paysans. Elle aide donc son père Maurice (Jean-Henri Compère) et sa mère Monique (Noémie Lvovsky) dans le fonctionnement de la ferme familiale. Évidemment, Monique pousse sa fille à épouser Antoine (Kévin Azaïs), son ami d'enfance, amoureux d'elle. Mais on apprend bien vite que Delphine est lesbienne au moment de sa rupture avec sa copine, qui a décidé de se marier et de quitter le village.

Delphine se rend à Paris - c'est là que nous apprenons que nous sommes en 1971 - et, par hasard, se lie d'amitié avec un groupe de jeunes militantes pour les droits des femmes. C'est l'époque mouvement de libération des femmes (MLF) et de la publication du Manifeste des 343 salopes, texte de femmes avouant publiquement s'être fait avorter, geste alors illégal. C'est aussi l'époque du président Georges Pompidou, qui glorifie les valeurs familiales (les quelques phrases de son discours sont d'ailleurs d'une surprenante actualité).

Parmi les militantes, Carole (Cécile de France), en couple avec Manuel (Benjamin Bellecour), tombe amoureuse de Delphine. Leur passion est éblouissante, fulgurante, au point que Carole avoue tout à Manuel. Et, quand Delphine est obligée de retrouver le chemin de la ferme familiale suite à la maladie de son père, Carole va la rejoindre.

Avec beaucoup d'intelligence, Catherine Corsini livre un film à la fois fortement factuel - le mouvement de libération des femmes, la lutte pour la légalisation de l'avortement, l'arrivée de la pilule - et complètement intemporel. Delphine se fait dire que «les hommes, c'est bien utile» ou que ce serait mieux si un mec l'accompagnait à la banque, ça lui donnerait «plus de sérieux». Autant de moments qui soulignent que l'égalité des femmes n'est pas du seul ressort du législatif, mais bien de la société. Mais, la réalisatrice ne fait pas du tout dans le revendicateur.

L'histoire d'amour entre Delphine et Carole est magnifiquement mise en scène, les deux actrices étant absolument parfaites ensemble. Doutes, crises, questionnements, superbes scènes d'amour, rien n'échappe à l'œil acéré de la cinéaste qui fait ici à la fois dans la sobriété et la profondeur. C'est beau, c'est lumineux, c'est émouvant et ça frappe en plein cœur. Bravo!

Note: 4 sur 5

Aussi sur Canoe.ca:


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos