Isabelle Hontebeyrie
Agence QMI

Fatima: journal d'une femme de ménage

Isabelle Hontebeyrie

Fatima, c'est le quotidien d'une femme d'origine algérienne dont la vie est rythmée par son travail et ses filles.

Son hijab lui vaut de ne pas pouvoir se trouver de logement, son manque de qualifications ne lui permet pas d'aspirer à autre chose que de faire des ménages, et le fait qu'elle ne parle pas très bien français la contraint au mutisme, à être passive, invisible en quelque sorte.

Fatima (rôle joué par Soria Zeroual, actrice non professionnelle, qui fait ici un travail particulièrement impressionnant) ne sait ni lire ni écrire le français. Elle sait, par contre, écrire l'arabe et tient un journal dans lequel elle exprime ses sentiments et ses réflexions.

Dans sa vie de tous les jours, elle est divorcée (le père des filles, incarné par Chawki Amari et qu'on voit peu, n'est pas nommé) et subvient, seule, aux besoins de ses deux enfants. L'aînée, Nesrine (Zita Hanrot), 18 ans, est en première année de médecine et passe tout son temps à étudier, terrifiée de rater ses examens. La cadette, Souad (Kenza-Noah Aiché), 15 ans est nettement plus rebelle. Elle commence par ne plus faire ses devoirs avant de carrément ne plus se présenter à certains cours et à insulter sa mère.

Fatima, avec obstination, se trouve des emplois d'appoint pour contribuer à payer les études de son aînée, elle tente aussi de remettre la cadette dans le droit chemin, faisant preuve d'une détermination qui force le respect, d'autant plus qu'elle ne s'apitoie jamais sur son sort. Plusieurs scènes sont d'ailleurs particulièrement émouvantes, comme le moment où Fatima vend ses bijoux ou encore ceux où on la voit apprendre le français.

Adapté pour le grand écran par Philippe Faucon d'après le recueil Prière à la lune de Fatima Elayoubi, le film examine également le racisme insidieux auquel Fatima doit faire face, du refus d'un logement au «test» d'honnêteté que lui fait passer l'une de ses patronnes.

En mots simples («Je parle comme je parle», dit-elle) et en voix hors champ, Fatima raconte. Son quotidien, ses espoirs, ses peurs, ses doutes, sa vision de la société qui l'entoure, le parcours de ses filles. Et c'est beau, justement parce que Philippe Faucon a trouvé, à la fois au scénario et à la réalisation, le ton juste et la sobriété qui font de cette histoire ordinaire un moment extraordinaire.

Note: 4 sur 5

Aussi sur Canoe.ca:


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos