Isabelle Hontebeyrie
Agence QMI

D'où je viens: Claude Demers entre passé et avenir

 D'où je viens : Claude Demers entre passé et avenir

Une image tirée du documentaire D'où je viens.Capture d'écran YouTube

Isabelle Hontebeyrie

J’ai découvert Claude Demers en 2009 avec son documentaire intitulé Les dames en bleu et dans lequel il suivait cinq inconditionnelles de Michel Louvain.

C’était charmant, drôle et émouvant (et aussi un peu étrange et décalé, il faut bien l’avouer). C’est donc avec curiosité que j’ai visionné D’où je viens, son nouveau documentaire, qui a pris l’affiche le 26 décembre au cinéma Excentris de Montréal et au cinéma Le Clap de Québec.

Claude Demers est reconnu pour ses documentaires, son Barbiers – une histoire d’hommes avait obtenu le prix Gémeaux du meilleur montage documentaire en 2006. Dans sa nouvelle œuvre, il a décidé de plonger dans ses racines en explorant le quartier Verdun où il a grandi.

Tantôt avec lenteur, tantôt en accéléré, il revisite les rues de son enfance et parle avec les habitants d’aujourd’hui, dont deux jeunes - Cédric et Bastien – tout à fait charmants. En interrogeant les gens qu’il croise, il établit aussi une comparaison avec son époque, ce qui confère à ce long métrage une indéniable saveur «sociale», voire presque politique.

En effet, les pérégrinations de Claude Demers le mènent sur les rives du Saint-Laurent – majestueusement filmé comme il se doit – où il parle avec des pêcheurs qui ne manquent pas de souligner à quel point les berges du fleuve ont été saccagées depuis les dernières années. En fait, l’ensemble des propos – y compris ceux des deux garçonnets – est un joli commentaire social.

D’où je viens a tout d’abord été présenté au Festival international du film de Rotterdam avant de prendre la route du Festival Hot Docs, tenu à Toronto, puis d’être projeté à Montréal dans le cadre des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) en novembre dernier. Cette visibilité est entièrement méritée, car ce long métrage de 78 minutes, filmé avec un rythme soutenu malgré le propos personnel, décrit un monde qui nous concerne tous.

Note: 3 sur 5



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos