Isabelle Hontebeyrie
Agence QMI

Au nom du père

 La dette - Au nom du père

Isabelle Hontebeyrie

Dernière mise à jour: 12-03-2013 | 12h37

MONTRÉAL – Avec La dette, le réalisateur Rafaël Lewandowski s’attaque à un sujet difficile : le passé de certains Polonais pendant le régime communiste.

Pawel (Borys Szyc, récipiendaire du prix du meilleur acteur au Festival des films du monde de Montréal en 2011) importe des vêtements usagés qu’il va acheter en France pour les ramener en Pologne, où vivent sa femme Ewa (Magdalena Czerwinska), son enfant et son père, Zygmunt (Marian Dziedziel).

Un jour, Zygmunt fait la une d’un quotidien polonais, affublé du vocable «traître». Il est accusé, par un ancien collaborateur du régime communiste, d’avoir été un informateur. C’est le choc. Pour Pawel, son père est un héros de la lutte syndicaliste et a été impliqué dans Solidarnosc, un mouvement qui a joué un rôle clé dans le démantèlement du monopole du Parti communiste polonais.

Le fils tourne autour du pot un moment, puis finit par demander à son père de s’expliquer. Et les confessions de Zygmunt sont suffisamment étonnantes pour modifier profondément la manière de penser de Pawel.

Le scénario, coécrit par Rafaël Lewandowski, un documentariste chevronné, est efficace et tout en nuance. Pas de blanc, ni de noir, ici, mais des teintes de gris qui illustrent bien la situation à laquelle faisaient face les Polonais sous l’occupation soviétique.

Aussi sur Canoe.ca:

Pas de larmoiements inutiles, c’est ce que j’ai préféré de ce film solide. Les atermoiements, eux, sont légion. On a souvent l’impression que le cinéaste s’attarde trop sur certaines scènes – les allers-retours entre la France et la Pologne ou les scènes avec des Polonais habitant en France –, comme pour essayer de nous faire saisir le quotidien et le contexte social des protagonistes. Malheureusement, pour moi, c’est tombé à plat, l’intrigue principale étant suffisamment forte pour ne justifier aucun «remplissage».

Ceci dit, La dette intéressera les amateurs inconditionnels de cinéma européen. Les autres – dont je suis – attendront sagement la sortie du film en format DVD.

 



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos