Tout pour un A

Une savoureuse comédie pour ados - Tout pour un A

Kevin Williamson

Dernière mise à jour: 17-09-2010 | 09h43

Contrairement à la croyance populaire, Hollywood ne manque pas de vierges. En fait, c’est le seul endroit où un acteur ou une actrice peut perdre sa virginité encore et encore, à tout le moins dans l’un de ces innombrables longs métrages sur des ados qui ont des relations sexuelles pour la première fois.

Je n’ai pas encore vu The Virginity Hit, dont je présume que le thème est similaire, mais en revanche j’ai vu Tout pour un A. Un scénario allumé et caustique, une interprétation au-delà des espérances de la part d’Emma Stone, l’impertinente comédienne de Superbad et Zombieland.

Qu’on se le dise : la comédienne n’est pas une insipide bimbo aux formes plastiques. Elle a le calibre d’une star et suffisamment confiance en elle pour porter le film sur ses épaules.

Le réalisateur Will Gluck lui a pourtant fourni du soutien en l’entourant de Stanley Tucci, Patricia Clarkson, Thomas Haden Church, Amanda Bynes et Lisa Kudrow, qui, une fois n’est pas coutume, a ajouté un peu de profondeur à son habituel personnage de ravissante idiote.

Il est également surprenant qu’un film visant ouvertement un public jeune fasse référence à un classique de la littérature, en l’occurrence La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne, l’histoire d’une femme adultère dont l’existence sombre dans le scandale.

À consulter:

UNE SUPERCHERIE

Dans le scénario de Tout pour un A, Olive (Emma Stone) est aussi victime de la morale des bien-pensants.

Mais ce qu’on lui reproche a été monté de toutes pièces par la jeune fille, lasse de subir le harcèlement de ses amies qui veulent à tout prix qu’elle perde sa virginité.

Quand ce mensonge fait le tour de sa classe, elle se retrouve soudain sous les feux des projecteurs. D’abord fâchée d’être considérée comme une fille facile, elle décide par la suite de profiter de la situation.

La supercherie atteint un sommet lorsqu’un étudiant gai lui demande de simuler des relations sexuelles avec lui, afin qu’on le croie hétérosexuel. Le succès de l’opération est tel qu’elle commence à offrir ses services dans ce domaine : faire semblant d’avoir des rapports sexuels avec des laissés pour compte.

Entre des mains moins expertes, Tout pour un A aurait pu devenir une comédie ridicule et vulgaire. Mais Will Gluck et le scénariste Bert V.

Royal ont réussi à concocter une rareté parmi les insipides films pour adolescents : une comédie intelligente et charmante, souvent hilarante. Faites passer le mot…


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos