Agence QMI

Mort de Daphné Boudreault: Ingrid Falaise bouleversée

Ingrid Falaise, actrice et auteure du livre Le monstre, a été complètement bouleversée lorsqu'elle a appris la tragique histoire de Daphné Huard-Boudreault, cette jeune femme possiblement tuée par son ex-copain, à Mont-Saint-Hilaire, mercredi.

L'actrice a raconté l'enfer de la violence conjugale, qu'elle a vécu, pendant des années. Mme Falaise l'avoue: elle ne pensait jamais se sortir de la relation qu'elle entretenait à l'époque, et croyait même en mourir.

Ingrid Falaise vient de Mont-Saint-Hilaire, en Montérégie. Dès qu'elle a appris la nouvelle de la mort de Daphné, elle a immédiatement contacté la directrice de l'École secondaire Ozias-Leduc, Violaine Fortin. Selon elle, il faut absolument sensibiliser les jeunes à la violence conjugale.

«Les années passent et la violence conjugale continue. Je veux que mon livre soit lu par les jeunes, il est déjà obligatoire à l'Université de Montréal», a déclaré l'auteure en entrevue au Québec Matin à LNC.

«La violence commence à 14 ans aujourd'hui. Ça commence de façon insidieuse, et toujours par une histoire d'amour. Les manipulateurs ont tous la même stratégie. Toute leur séduction est empreinte de manipulation», a-t-elle expliqué.

Selon Ingrid Falaise, une femme qui doit subir un conjoint violent, agressif ou manipulateur perd ses repères, et n'a plus de ressources pour s'en sortir.

«On perd notre identité, ils nous font douter de nous-mêmes chaque jour de notre vie. Le manipulateur isole sa victime, l'éloigne de ses amis», a ajouté Mme Falaise.

Elle donne à titre d'exemple les vidéos mises en ligne par l'accusé Anthony Pratte-Lops, quelques heures avant le meurtre de Daphné Huard-Boudreault. Il traite son ex-copine de tous les noms, et l'accuse de l'avoir trompé plusieurs fois.

«Pratte a humilié la jeune femme en public, c'est ce que les manipulateurs font, ils nous font passer pour des folles», a indiqué Ingrid Falaise.

Elle ajoute que le cycle de la violence est une roue qui tourne presque à l'infinie: «À chaque fois (que les victimes) arrivent pour partir, le conjoint violent redevient le prince charmant, celui pour qui on était tombée en amour».

Mme Falaise croit aussi que ce qui s'est produit dans le cas de Daphné ne devrait jamais arriver. «Il ne faut vraiment pas prendre à la légère ce que les jeunes nous disent», a-t-elle dit.

Mme Falaise veut faire passer le message: il y a une vie après la violence conjugale, et il est possible de s'en sortir.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos