Un procès le 8 avril pour Geneviève Sabourin

Justice - Un procès le 8 avril pour Geneviève Sabourin

 

Marie-Joëlle Parent

Dernière mise à jour: 14-02-2013 | 15h28

 

NEW YORK – La date du procès de Geneviève Sabourin dans l'affaire l'opposant à Alec Baldwin a été fixée au 8 avril prochain, soit près d'un an après sa première arrestation dans cette histoire. Son avocat continue d'espérer que les chefs d'accusation tombent d'ici là.
 
La comédienne québécoise de 41 ans croyait que la saga judiciaire se terminerait jeudi, après 10 mois de ce qu'elle décrit comme un calvaire. Or, elle devra attendre encore huit semaines avant de retourner devant la juge.
 
Les deux parties ont consenti jeudi à un ajournement en prévision du classement de l'affaire.
 
L'avocat de Sabourin, Rick Pasacreta, est confiant que la cause se règle ce jour-là ou même avant.
 
Le bureau du procureur a proposé une entente qui ferait tomber les accusations, mais il y a certains éléments que l'avocat de Sabourin voudrait modifier avant de la ratifier.
 
Les détails de ce règlement ne sont pas rendus publics pour l’instant. Si l'entente ne fonctionne pas, le processus judiciaire suivra son cours.
Geneviève Sabourin est accusée d’avoir harcelé l’acteur américain Alec Baldwin. Depuis le début, elle a toujours clamé son innocence et soutient avoir eu une relation intime avec l’acteur vedette de la série «30 Rock».

Ordre de protection prolongé

La juge a également prolongé jusqu'au 14 août l'ordre de protection empêchant Geneviève Sabourin de contacter Baldwin et sa femme, Hilaria Thomas. «Vous ne pouvez pas le contacter, ni par message texte, ni par Facebook, ni avec aucun moyen de communication existant sur cette planète, est-ce bien clair?», a demandé la juge, catégorique.
 
Rappelons que Geneviève Sabourin a été arrêtée et détenue le 27 novembre dernier, 24 heures durant, pour avoir enfreint cet ordre de protection. C'est une série de micromessages adressés à la femme de Baldwin qui l'auraient mise dans l'eau chaude. Elle avait finalement été libérée sans caution. Hilaria Thomas attend par ailleurs un premier enfant de Baldwin pour le mois d'août.
 
À sa sortie du tribunal, Sabourin est apparue plus posée que d'habitude, demandant à son avocat la permission de parler aux journalistes. La presse new-yorkaise suit encore le dossier de près. À chaque audience, il y a plusieurs représentants de la presse écrite dans la salle et quelques photographes à la sortie.
 
«À ma prochaine date de cour, ça fera un an déjà, un an que je n'ai rien fait de mal et d'illégal, ça me coûte les yeux de la tête, c'est pénible et difficile. Je ne souhaite pas ça à personne», a dit Mme Sabourin, qui portait une robe de soie rouge et des bottes de cuir brunes.
 
Sabourin a maintenant recours aux services d'un interprète à ses côtés lors de ses comparutions. Le bureau du procureur a également consenti de regrouper les deux dossiers dans le même procès, soit celui de son arrestation initiale au mois d'avril 2012 et celle du mois de novembre dernier.
 

La saga Geneviève Sabourin

 



Vidéos

Photos