Brigitte Bardot, citoyenne russe?

Pour sauver deux éléphantes - Brigitte Bardot, citoyenne russe?

 

Dernière mise à jour: 04-01-2013 | 10h30

PARIS - Après Gérard Depardieu, en conflit avec le fisc français et qui vient d'obtenir un passeport russe, Brigitte Bardot a menacé vendredi de demander la nationalité russe, si les autorités françaises décidaient d'euthanasier deux éléphantes d'un cirque malades.

«Si ceux qui ont le pouvoir ont la lâcheté et l'impudence de tuer les deux éléphantes Baby et Népal (...), j'ai pris la décision de demander la nationalité russe afin de fuir ce pays qui n'est plus qu'un cimetière d'animaux», a écrit l'ancienne actrice dans un communiqué.

Le sort de ces deux éléphantes qui seraient atteintes de tuberculose et sont menacées d'euthanasie suscite une levée de boucliers des défenseurs de la cause animale depuis la mi-décembre: un pourvoi vient même d'être déposé auprès du Conseil d'État, la plus haute juridiction administrative française.

L'annonce de Brigitte Bardot, 78 ans, intervient au lendemain de la publication d'une lettre de Gérard Depardieu, monstre sacré du cinéma français, remerciant le président Vladimir Poutine pour lui avoir accordé la nationalité russe.

Cette lettre diffusée par la chaîne de télévision russe Pervyi kanal, dans laquelle l'acteur exprime son amour pour la Russie et fait l'éloge de la démocratie dans ce pays a provoqué un concert de critiques.

«On n'oubliera et on ne lui pardonnera jamais cette phrase: "c'est une grande démocratie"», a déclaré le journaliste Matvei Ganapolski sur la radio d'opposition Echo Moskvy.

La presse européenne a multiplié vendredi les sarcasmes à l'égard de Depardieu, 64 ans, devenu célèbre en 1974 avec Les Valseuses puis à travers ses interprétations de Cyrano de Bergerac (1990), Christophe Colomb (1992) et Obelix, qualifié d'«obligé d'un autocrate» (Sud-Ouest, France) ou d'«ami des dictateurs» (El Mundo, Espagne).

«Ami des dictateurs»

Acteur très célèbre en Russie, Gérard Depardieu s'est également fait remarquer pour son implication dans des projets et événements controversés dans l'ex-URSS, comme auprès du responsable tchétchène Ramzan Kadyrov, accusé de multiples exactions.

Il a récemment enregistré une chanson avec Gulnara Karimova, fille aînée du président ouzbek Islam Karimov, au pouvoir depuis 1989 et très critiqué pour son bilan en matière de droits de l'Homme.

Les médias ukrainiens et russes avaient annoncé la présence en Ukraine vendredi de Gérard Depardieu qui était en réalité en France, comme l'a constaté un journaliste de l'AFP qui l'a aperçu sortant de son domicile parisien en scooter.

L'acteur avait annoncé son intention de fuir la France pour éviter le projet de taxation à 75% des plus hauts revenus du président socialiste François Hollande - projet récemment censuré par le Conseil constitutionnel.

Il a acheté une maison dans le village belge de Néchin, frontalier de la France, attiré par la fiscalité avantageuse de la Belgique où il n'y a pas d'impôt sur la fortune ni de taxation des plus-values.

S'estimant «injurié» par les critiques sur cet exil fiscal belge, Gérard Depardieu avait annoncé mi-décembre qu'il «rendait son passeport» français dans un coup de gueule contre le premier ministre Jean-Marc Ayrault qui avait jugé «assez minable» son départ.

En Grande-Bretagne, The Guardian s'amuse d'ailleurs vendredi de la portée internationale de ce qui n'était au départ qu'une «dispute comique entre l'acteur et son gouvernement».

Légende du cinéma français, amoureux du vin, Gérard Depardieu a multiplié les frasques. S'il tourne toujours autant, il alimente aussi la rubrique des faits-divers. Il comparaîtra devant la justice française le 8 janvier pour conduite en état d'ivresse.

En août 2011, pris d'une envie pressante, il avait uriné dans une bouteille avant le décollage d'un vol Paris-Dublin avant d'être débarqué de l'avion. Et en 2005, il avait assommé d'un coup de tête un paparazzi qui le mitraillait sur un marché de Florence.


Vidéos

Photos