Emporté par une insuffisance rénale et cardiaque

Jean-Guy Moreau - Emporté par une insuffisance rénale et cardiaque

 

Cédric Bélanger et Marie-Josée Roy

Dernière mise à jour: 01-05-2012 | 14h54

L'imitateur et humoriste Jean-Guy Moreau est mort des suites d'une insuffisance rénale et cardiaque, tôt mardi matin, quelques jours après avoir été admis aux soins intensifs d'un hôpital de la région de Montréal. Ses enfants, Antoine, Sophie et Véronique Moreau, ont confirmé la triste nouvelle dans un bref communiqué émis mardi matin.

«Les enfants de Jean-Guy Moreau tiennent à faire savoir que leur papa est décédé à la levée du jour. S'il quitte la scène du théâtre de notre quotidien, c'est pour un show plus gros!!! En cela, la famille de l'inimitable Jean-Guy Moreau tient de tout cœur à remercier tous et chacun pour leur empathie.»

L'artiste de 68 ans a rendu l'âme vers 4 h 30, a dit son ami de longue date, le chef d'orchestre François Dompierre, qui a reçu un courriel de la famille de Jean-Guy Moreau quelques minutes après son décès.

Son état de santé était source d'inquiétude depuis son hospitalisation, samedi, qui avait forcé l'annulation de quelques spectacles de la troupe de La boîte à chansons.

«Lundi soir, Suzanne, la maman de ses enfants, m'a appelé pour me dire que Jean-Guy avait décidé de ne pas s'accrocher aux médicaments et se laisser aller. Il en avait peut-être pour 62 heures au maximum. Mais ça s'est passé beaucoup plus vite que prévu», a dit François Dompierre.

«J'ai appris la nouvelle par texto, a dit Gilbert Rozon, du Groupe Juste pour rire. C'est un autre géant de l'humour qui s'en va. [...] Serge Grenier vient de nous quitter. Il a été le premier animateur de nos galas; Jean-Guy Moreau, le deuxième! C'est une triste année pour les clowns. Je voudrais offrir mes condoléances à la famille de Jean-Guy.»

Sur Facebook, Jérôme Charlebois a fait ses adieux à son parrain: «À la mémoire de mon cher parrain mais surtout d'un grand homme avec qui j'ai eu l'honneur de partager la scène pendant plus de trois ans. Merci Jean-Guy au nom de tous tes copains d'abord qui te souhaitent le plus beau voyage. Ton filleul qui t'aime et qui te remercie pour tout.»

Le célèbre imitateur s'était fait connaître par ses tournées au cours des années 60, où il était accompagné par Robert Charlebois au piano. Il faisait à cette époque la première partie de spectacles d'artistes comme Pauline Julien et les Cyniques.

Jean-Guy Moreau avait aussi participé à plusieurs productions cinématographies, émissions de télévision et Bye Bye!, joué au théâtre, créé de nombreux one man show et enregistré des albums.

L'artiste connaissait une année particulièrement chargée depuis le lancement de son livre Jean-Guy Moreau, 50 ans, 1000 visages l'automne dernier. Non seulement son livre, écrit par sa fille (il avait deux filles, Sophie et Véronique) avait été un gros succès, mais Jean-Guy Moreau avait aussi joué un des rôles principaux dans la série web Manigances aux côtés de Maxim Martin, en plus de monter sur scène pour une vingtaine de spectacles de La Boîte à chansons.

Un artiste aux talents multiples

 

Né le 29 octobre 1943, dans le quartier Ahuntsic, à Montréal, Jean-Guy Moreau a commencé sa carrière à 17 ans, au début des années 1960, en parcourant les boîtes à chansons. Déjà, son camarade Robert Charlebois l'accompagnait au piano pour certaines de ses imitations.

Dès 1965, il se produit en première partie des spectacles des plus grandes personnalités d'ici et d'ailleurs: Pauline Julien, les Cyniques, France Gall, Enrico Macias, Darry Cowl… Il fait également le saut à la télévision dans Music Hall, « Jeunesse oblige et Jeunesse d'aujourd'hui.

Son premier disque (Mes amis les Chansonniers?) et sa première revue humoristique (Yéyés vs Chansonniers, écrite et jouée en compagnie de Mouffe et Robert Charlebois et présentée notamment à La Butte à Mathieu, l'une des plus célèbres boîtes à chansons du Québec), ont aussi vu le jour en 1965. Un an plus tard, il effectue ses premières armes derrière le micro, à la radio de Radio-Canada, CBF.690. Encore là, Robert Charlebois est de nouveau son compagnon de travail.

Au fil du temps, Jean-Guy Moreau a écrit et interprété plus d'une quinzaine de spectacles alliant humour et chansons, seul ou en groupe. Il a aussi enregistré des disques, tourné pour le cinéma (IXE-13, Y'a toujours moyen de moyenner) et la télévision (Super Dimanche, certains Bye Bye) et fait du doublage.

Il a collaboré avec les plus grands noms de la scène et de l'humour québécois, comme Guy Latraverse, Jean-Pierre Plante, Paul Berval, Dominique Michel, Denise Filiatrault, Louise Latraverse, Yvon Deschamps, Clémence Desrochers, Jacqueline Barrette, André Dubois, Claude Meunier et plusieurs autres.

Parmi ses imitations les plus célèbres figurent celles de Jean Drapeau, Gilles Vigneault, René Lévesque, Yves Montand et Georges Brassens.

En 1974, il propose son tout premier «one man show» à titre d'humoriste, qui ne porte pas de titre, à la Place des Arts. Cinq autres suivront par la suite. Son dernier tour de piste en solo remonte à 2005, alors qu'il a offert Jean-Guy Moreau comme personne dans les petites salles de la province. Auparavant, en 1998-1999, il avait cartonné avec Le chum à Céline, une prestation où il empruntait les traits d'un René Angélil plus vrai que nature.

Dessinateur à ses heures, Jean-Guy Moreau lançait, en 2005, avec Pierre Létourneau, l'ouvrage À tort et à travers, un recueil de textes illustré par Moreau lui-même.

Au printemps 2006, l'homme recevait des mains de Michaëlle Jean le titre de membre de l'Ordre du Canada pour l'ensemble de sa carrière.

En 2009, il retrouvait ses vieux compagnons Pierre Calvé, Pierre Létourneau, Claude Gauthier et Robert Charlebois pour le collectif La boîte à chansons, qui faisait encore revivre, jusqu'à tout récemment, l'époque festive de ces petites salles d'antan.

À l'automne 2011, sa fille Sophie lui consacrait une biographie intitulée Jean-Guy Moreau, 50 ans, 1000 visages.

Quelques dates importantes

 

29 octobre 1943 – Naissance dans le quartier Ahuntsic, à Montréal.
Années 1960 – Époque des premières boîtes à chansons, revues humoristiques et musicales et parution de trois albums. Rencontre de collaborateurs qui deviendront pour lui marquants, comme Robert Charlebois et Mouffe.
1970 – Il fait ses débuts comme comédien, avec la troupe Les Comédiens Associés, dans la pièce Par le trou de la serrure, mise en scène par Yvan Canuel. Il joue aussi dans le long-métrage IXE-13 et coanime Les Montréalais, avec Clémence Desrochers, une émission bilingue de CBMT, le réseau anglais de Radio-Canada.
1973 – Premier rôle au cinéma, dans Y'a toujours moyen de moyenner, de Denis Héroux. Il côtoie sur le plateau de tournage Dominique Michel, Danielle Ouimet, Yvan Ducharme et Willie Lamothe.
1974 – Il présente son premier «one man show» à la Place des Arts. Celui-ci est produit par Guy Latraverse.
1984 – Il coanime quatre galas Juste pour rire avec l'imitateur français Thierry Le Luron.
1975-1989 – Il prend part à plusieurs Bye Bye.
1989 – Le réalisateur Pierre Brochu lui consacre un documentaire, Tête à têtes.
1998 – Il incarne René Angélil sur scène dans son spectacle Le chum à Céline.
2001 – Intronisation au Temple de la renommée du Musée Juste pour rire lors d'un des galas du festival.

2005 – Rodage de son dernier «one man show», Jean-Guy Moreau comme personne.
2006 – Il reçoit la médaille de l'Ordre du Canada.



Vidéos

Photos