Le docteur Murray connaîtra sa peine aujourd'hui

Procès Jackson - Le docteur Murray connaîtra sa peine aujourd'hui

 

Dernière mise à jour: 29-11-2011 | 08h00

LOS ANGELES - Reconnu coupable d'homicide involontaire pour la mort de Michael Jackson le 7 novembre et resté en détention depuis, le docteur Conrad Murray, qui encourt jusqu'à 4 ans de prison, retourne mardi devant le tribunal pour connaître la peine à laquelle il est condamné.

Les parents du chanteur et plusieurs de ses frères et soeurs devraient être présents devant la Cour supérieure de Los Angeles lors du prononcé de la peine.

L'audience débutera à 8h30 (11h30 heure de l'Est), selon un porte-parole du tribunal, qui a dit s'attendre à une salle encore plus comble que lors des précédentes audiences en raison de la présence attendue de nombreux membres de la famille Jackson.

Les procureurs ont requis la peine d'emprisonnement maximale à l'encontre du dernier médecin du «Roi de la pop», âgé de 58 ans, et souhaitent qu'il soit également condamné à indemniser la famille Jackson pour la perte de revenus engendrée par le décès de la star.

Michael Jackson, âgé de 50 ans au moment de sa mort, préparait alors une série de concerts à Londres et la perte due à sa mort a été estimée à 100 millions de dollars par l'accusation.

Un des avocats du Dr Murray, dans ses requêtes transmises à la cour, a de son côté plaidé pour que son client soit remis en liberté conditionnelle et condamné à des travaux d'intérêt général, soulignant qu'il n'exercerait sans doute plus jamais la médecine.

Au deuxième jour de leurs délibérations, après six semaines d'un procès-fleuve, les douze membres du jury avaient livré le 7 novembre le verdict de culpabilité que réclamait le parquet.

Ils ont considéré à l'unanimité que le Dr Murray s'était rendu coupable de «négligence criminelle», contribuant ainsi au décès brutal du «Roi de la pop» le 25 juin 2009.

Michael Jackson avait succombé à une «grave intoxication» au propofol, un puissant sédatif utilisé en milieu hospitalier qu'il utilisait à domicile comme somnifère, avec la complicité du Dr Murray.

Ce dernier, qui était son médecin personnel depuis deux mois, avait reconnu lui en avoir administré le matin de sa mort et les mois précédents.


Vidéos

Photos