Charlotte Laurier, un marathon en mémoire de sa soeur

Prévention du suicide - Charlotte Laurier, un marathon en mémoire de sa soeur

 

Agnès Gaudet

Dernière mise à jour: 23-09-2011 | 03h52

Pour donner aux gens le goût de vivre et rendre hommage à sa soeur Francine, qui s’est enlevé la vie il y a dix ans, Charlotte Laurier se joint à la Fondation Dédé Fortin. Elle relèvera le défi des 42 kilomètres du Marathon de Montréal, dimanche, pour cette cause.

C’est la comédienne, scénariste et productrice qui a approché elle-même la Fondation Dédé Fortin afin de signifier son intention de faire sa part pour soutenir l’organisme et sensibiliser les gens au problème du suicide. Charlotte Laurier « passe la puck » (l’expression du chanteur Dédé Fortin) pour cette association, comme Claude Legault, Edgar Bori, Paul Doucet, Hugo Giroux et Gaële.

Celle-ci s’engage à courir les 42 kilomètres du Marathon de Montréal en mémoire de sa soeur, qui a mis fin à ses jours, il y a dix ans cette année. Pour commémorer ce triste anniversaire, Charlotte Laurier a voulu évoluer dans le positif et a choisi de participer à cette course, afin de démontrer toute l’importance de l’effort, vers la quête du bonheur.

« Par mon geste, dit-elle, je veux communiquer le goût de vivre ».

Selon l’actrice, chacun doit trouver un sens à sa vie et il est crucial de trouver sa source intérieure pour alimenter le plaisir. L’endurance et la détermination permettent, croit-elle, de toucher au bonheur.

« Mes trois filles -aujourd’hui âgée de 20, 17 et 10 ans, m’ont donné la drive de traverser l’épreuve de perdre ma soeur, dit-elle et c’est cette philosophie que je leur ai transmise. J’ai voulu leur apprendre très jeune l’effort et la combativité. Penser que la vie est simple et facile est un leurre. »

Une morsure

Le décès de sa soeur sera à jamais gravé dans sa mémoire.

« Ça va rester une morsure, admet-elle. Ça laisse des séquelles. Pour moi, ça va toujours rester un deuil. C’est pour ça que je veux sensibiliser les gens. Les statistiques sont trop élevées. Il faut encore pousser la réflexion. »

Charlotte Laurier conserve néanmoins de très beaux souvenirs de jeunesse de Francine, des souvenirs inoubliables et elle veut lui rendre hommage.

« Aujourd’hui, un destin comme celui-là aurait pu être évité. Aujourd’hui, on a les outils, la psychologie. On peut tout remettre en question, faire des choix. On vit dans une société où on devrait sentir qu’on a les outils. »

Des solutions

Pour Charlotte Laurier le suicide de sa soeur de 38 ans, son aînée de trois ans, est un malentendu.

« C’est un échec de ne pas avoir pu la sauver. Mais pour les autres, les vivants qui se sentent en détresse, à l’écart, en marge, il faut trouver des solutions. »

La comédienne court depuis qu’elle est adolescente et a réussi le Marathon de Montréal en quatre heures et demie, en 2009. Elle croit qu’elle accomplira à peu près le même temps dimanche. Ce parcours révélera cette fois un caractère beaucoup plus émotif puisqu’elle portera dans son coeur sa soeur Francine et sur son corps le chandail de la Fondation Dédé Fortin, un être qui l’a beaucoup touchée.

« Courir est ma manière à moi de dire aux gens : « Oui, ça fait mal et ça laisse des traces, mais il faut penser au futur et aux jeunes. Je veux leur envoyer un message d’espoir. Leur démontrer qu’on peut trouver sa voie dans la vie. Courir détend et relativise les problèmes.»

Écriture de deux scénarios de films

Charlotte Laurier travaille sur deux scénarios de films avec son mari, Pascal Courchesne. L’un d’eux est Sans toi ni loi, dont l’histoire est celle de deux soeurs et la toile de fond est le suicide.

C’est une adaptation de sa pièce de théâtre Capharnaüm qu’elle a voulu porter au grand écran. Le couple y travaille depuis deux ans et si le projet se concrétise, l’actrice y interprétera le rôle d’une femme en prison.

L’autre scénario s’intitule Arthur le preux et il est plus avancé en matière de financement. Charlotte Laurier et son mari sauront sous peu s’ils débuteront la production ce printemps.

La comédienne qu’on a découverte très jeune avec son rôle de Manon, dans le film Les Bons débarras, veut créer des personnages forts de femmes. C’est devenu sa priorité.

Entre temps, on pourra la voir dans un petit rôle dans le plus récent film d’André Forcier, Coteau Rouge, qui parle de la vraie saveur de la vie.


Une partie de hockey pour la Fondation Dédé Fortin aura aussi lieu le 13 novembre à l'aréna St-Michel à Montréal. Trente personnalités de divers milieux participeront, dont le porte-parole, Claude Legault.

Charlotte Laurier sera ravie d’être accueillie au Stade olympique à la fin de son parcours au Marathon de Montréal, dimanche 25 septembre. Elle devrait franchir le fil d’arrivée entre 13 heures et 13 h 30.


Vidéos

Photos