Mon père est Robert Charlebois, le chanteur

Fête des pères - Mon père est Robert Charlebois, le chanteur

 

Michelle Coudé-Lord

Dernière mise à jour: 20-06-2010 | 08h29

Quand il se faisait disputer, plus jeune, il s'enfermait dans sa chambre et se consolait en écoutant... du Charlebois. Sa chanson préférée est «Ch't'aime comme un fou». Jérôme Charlebois parle de son père-vedette, sur un ton charmant et rempli d'admiration.

«Je me souviens qu'à l'école primaire, des gens avertissaient leurs enfants de ne pas traîner avec le fils de Charlebois, que les parents étaient des drogués», confie Jérôme, en riant.

Et ses parents, Robert et Laurence, qui vivent ensemble depuis plus de 35 ans, n'étaient pas des drogués et s'aiment d'ailleurs comme des fous.

«Nous sommes chanceux, mon frère Victor et moi, de voir nos parents aussi heureux. Mon père était présent et discipliné avec nous. Et les études, pour lui, c'était important. Donc, même si je voulais faire de la musique, il était fier que j'étudie en communications et en cinéma à l'UQAM. Et ça me sert aujourd'hui, car je me produis moi-même et je fais mes propres vidéoclips. Mais au début, il était un peu inquiet, en bon père protecteur, que je m'envoie là-dedans, car il sait à quel point c'est difficile», confie celui que vous pourrez encore plus découvrir avec la sortie, en septembre, de son deuxième album. Jéromanimé, dont la chanson «J'aime ses défauts» tourne à la radio.

Faire son propre chemin

Il remercie ce père aimant de lui avoir donné ce bon conseil dès le début de sa carrière d'artiste: «Il m'a dit de voler de mes propres ailes. Au début, je me disais: pourquoi il ne m'aide pas plus? Or, je réalise aujourd'hui qu'il avait raison de vouloir me protéger contre une trop grande pression. Quand je dis que je suis le fils de Robert Charlebois, c'est certain qu'on s'attend au même genre de musique; or, quand on me connaît, qu'on m'écoute, on sait que je suis différent.»

Jérôme Charlebois l'avoue: «c'est une grande chance d'être le fils de Robert Charlebois quand on fait de la musique.»

«Ça ne nuit certainement pas. Ce qui ne veut pas dire que je ne dois pas faire mes preuves et avoir ma propre identité.»

Plus jeune, par contre, Jérôme confie s'être fait fermer la porte de concours de musique parce qu'il était justement le fils de Robert Charlebois.

«On croyait que j'avais plus de chances que les autres. Donc, on me refusait à des concours, ce que mon père trouvait un peu niaiseux», précise Jérôme.

Un père batailleur

Il vante le côté batailleur de son père. «Il ne lâche jamais et c'est incroyable la carrière qu'il a. À 66 ans, il sort un nouvel album à l'automne. Je ne sais pas si ce serait la même chose s'il commençait aujourd'hui. C'était l'époque psychédélique. Peut-être que «Lindberg», aujourd'hui, ça passerait dans le beurre. Mais comme il dit souvent, les plus belles chansons résistent au temps. «Ordinaire», «Je reviens à Montréal», ça résiste au temps, je crois. Il est très perfectionniste quand il est question de son travail et il décortique chaque mot de la langue française.»

Et le succès, comment l'a-t-il vécu? «Il n'a jamais fait la grosse tête. C'est un homme habité d'une très belle humilité.»

À LIRE AUSSI:

Jérôme dit avoir toujours été à l'aise que son père soit un personnage public. Ne lui parlez pas des pensées sur la politique de son père. «Je ne peux pas répondre pour lui. Ce sont ses idées, pas les miennes.»

Robert Charlebois a cessé de boire et il s'en vante aujourd'hui. Jérôme souligne: «Il n'a jamais été un alcoolique. Il a de la volonté pour ces choses-là. J'en suis fier».

Lundi matin, Robert Charlebois recevra un honoris causa à l'Université Concordia... Son père sera désormais un docteur.

«Il a tellement eu de prix; sa carrière est tellement immense que je peux conclure que mon père, Robert Charlebois, est un être inspirant.»

Robert Charlebois est père d'un autre fils, Victor, qui est propriétaire du restaurant-bar, L'Assommoir.

Jérôme Charlebois donnera un spectacle avec son nouveau matériel, lors du Festival des rythmes à Tremblant, le 21 août.


Vidéos

Photos