La communauté artistique dans le deuil

Décès de Clairette Oderra - La communauté artistique dans le deuil

 

Sophie Montminy

Dernière mise à jour: 03-11-2008 | 19h40

C’est à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde que les parents, amis et artistes québécois ont dit leurs derniers adieux à Clairette Oderra, aujourd’hui. Devant une salle bondée, le cardinal Turcotte a célébré une messe en l’honneur de la disparue.

Mouffe, Claude Dubois, Denyse Filiatrault, André Gagnon, Claude Valade, Bernard Landry, Chantale Renaud et Michel Louvain se sont présentés pour rendre un dernier hommage à leur amie.

Un quatuor de chanteurs a ouvert la messe et le cardinal Turcotte a tenu à dire quelques mots au sujet de Clairette Oderra. «Elle a vécu longtemps et sa présence était recherchée. C’était une femme talentueuse, généreuse et attachante. Je me souviendrai de Clairette comme une femme intelligente et comme quelqu’un qui aimait beaucoup la vie. Elle nous donnait le goût de vivre et témoignait de la beauté et de la richesse de la vie», a déclaré, ému, le cardinal.

Roberto Medile, le beau-frère de Clairette, déclarait pour sa part qu’elle a vécu une vie extraordinaire et «elle s’en va vivre une deuxième vie extraordinaire.»

La chanteuse Claude Valade reconnaît l’importance de l’artiste disparue: «Tous les grands de la colonie artistique québécoise existent grâce à Clairette. Ils ont tous passé à sa boîte à chanson et j’ai trouvé touchant que Claude Dubois lui dédie son Félix lors de la cérémonie de l’Adisq hier.»

Les hommages se succèdent

Après la messe, plusieurs personnalités ont tenu à prendre la parole pour remercier et dire adieu à Clairette Oderra. «Clairette se voyait si modeste, mais elle a fait de grandes choses», affirme le cardinal Turcotte.

Le musicien et compositeur André Gagnon a semblé très ému en lisant la dernière lettre d’amour destinée à son amie. «Il y a 40 ans, je trouvais que la vie était difficile, mais j’étais gâté par le public et mes amis. Un soir, j’étais triste et vous étiez venu vous asseoir avec moi. Quand je suis rentré chez moi, j’étais guéri par vos mots. Nous étions vos tout petits et nous allons nous rappeler de vous.»

Lucille Dumont, qui a chanté aux côtés de Clairette et qui a passé plusieurs soirées à sa boîte à chanson a tenu à décrire la femme festive qu’a été Clairette Oderra. «À ta boîte, on pouvait chanter des chansons inédites et les gens avaient beaucoup de respect pour tous les chanteurs. Quand tu exigeais le silence, tout le monde se taisait. Par contre, après le spectacle c’était la fête, on mangeait du smoked meat chez Ben’s et notre vie était presque mieux que la chanson La bohème de Charles Aznavour.»

Après tous ces discours, Claude Dubois est allé à l’avant de l’église et s’est mis à chanter Si Dieu existe accompagné par l’orgue et quelques musiciens. Un moment très émouvant pour les proches et tous les gens se sont levés pour ovationner le chanteur.

Clairette Oderra a fait entendre sa voix une dernière fois grâce à un enregistrement d’une de ses chansons qui a retenti sur les murs de la cathédrale. Elle était surnommée par tous les artistes «la mère supérieure» et elle est morte à 89 ans le 28 octobre dernier des suites d’une longue maladie.


Vidéos

Photos