Accueil Divertissement
 
Canoe.ca
À la une - Patricia Paquin: son nouvel équilibre depuis sa rupture
Photos: Patricia: Julien Faugère, Patricia et Mathieu: Pascale Lévesque / Maquillage: Bruno Rhéaume / Coiffure: Gaël Betts

À LA UNE

Patricia Paquin: son nouvel équilibre depuis sa rupture

Par Daniel Daignault
21-04-2005 | 14h41
Patricia Paquin est une fille pétillante dont l’optimisme n’a d’égal que le talent. Elle le prouve tous les jours à la barre de Flash, qu’elle coanime depuis 10 ans. De la sagesse, elle en a aussi à revendre, et c’est ce qui lui a permis de sortir grandie de sa rupture récente avec le père de son fils, Mathieu Gratton. En effet, la belle animatrice se réserve maintenant du temps pour elle, ce qu’elle n’avait pas fait depuis bien longtemps...

De Chambres en ville, téléroman diffusé à la fin des années 80 et dans lequel elle défendait le rôle de Geneviève, jusqu’à Flash, qui célèbre cette année son 10e anniversaire, en passant par Star Plus, Patricia a su conserver la cote d’amour du public. Son travail, ainsi que celui de toute l’équipe, lui a permis de récolter deux MetroStar et un Gémeaux. L’automne prochain, elle sera toujours à la barre de Flash, mais cette fois avec un nouveau coanimateur, puisque Alain Dumas a décidé de passer à autre chose. «Nous en sommes à évaluer les différentes possibilités pour remplacer Alain, explique-t-elle. Nous prenons notre temps afin de faire un choix judicieux.»

Patricia n’est pas qu’animatrice, elle est aussi la maman d’un garçon de trois ans et demi, Benjamin, dont elle partage depuis peu la garde avec son ex-conjoint, l’humoriste Mathieu Gratton. Le couple a mis fin à sa relation, qui durait depuis six ans, et Patricia dit avoir retrouvé, grâce à cette garde partagée, le bonheur de s’accorder du temps bien à elle. Ce qui n’était pas toujours évident depuis la naissance de fiston.

Des parents unis
«Il est important pour moi qu’il y ait de la spontanéité dans mon quotidien.

Photos: Patricia: Julien Faugère, Patricia et Mathieu: Pascale Lévesque / Maquillage: Bruno Rhéaume / Coiffure: Gaël Betts
Maintenant, je redécouvre le plaisir d’aller manger au restaurant et de magasiner sans avoir en tête de revenir rapidement à la maison pour m’occuper de Benjamin. Je peux désormais faire des choses seule, ce qui est à la fois déstabilisant et vraiment agréable», dit-elle.

Ce n’est donc pas que la belle n’apprécie pas la compagnie de son bout de chou, au contraire, mais elle aime bien sa nouvelle situation matrimoniale et parentale. D’ailleurs, Patricia nous confie qu’elle est loin d’être pressée de faire une place à un autre homme dans sa vie. «Mathieu et moi sommes demeurés en très bons termes et, quatre mois après notre séparation, nous sommes plus complices que jamais. Ça n’a jamais été tendu entre nous; les choses se sont très bien passées. Nous nous voyons régulièrement, parce que nous demeurons les parents de notre enfant.»

D’ailleurs, toutes les décisions en lien avec Benjamin, Patricia et Mathieu les prennent à deux, qu’il s’agisse de l’alimentation ou de l’éducation en général. «Nous sommes chanceux, ajoute-t-elle, parce que Benjamin est un bon gars, ça se voit dans ses yeux. Il n’est pas compliqué, il a le sourire facile. J’en suis très fière.» Apprécie-t-elle son rôle de maman au point de penser à avoir un jour un autre enfant? «Je te dirais non pour l’instant, parce que je ne suis pas en couple. Mais j’ai appris à ne jamais dire jamais, je laisse les portes ouvertes. Jusqu’à maintenant, j’ai été gâtée par la vie.»

Une chose est claire: Patricia a rapidement su retomber sur ses pattes et s’adapter à sa nouvelle situation de célibataire. Il faut dire que le fait que la rupture se soit déroulée sans anicroche n’a pas nui. «À la base, je suis une personne très positive. Je préfère toujours voir le bon côté des choses», affirme-t-elle. Cela dit, Patricia ne cache pas que son quotidien est différent de ce qu’il était il n’y a pas si longtemps:

Photos: Patricia: Julien Faugère, Patricia et Mathieu: Pascale Lévesque / Maquillage: Bruno Rhéaume / Coiffure: Gaël Betts
«Il a fallu ce changement dans ma vie pour que je réalise à quel point je prenais, par exemple, moins le temps de me prélasser dans un bain, ce qui ne signifie pas que je ne me lavais pas! ajoute-t-elle rapidement en riant. C’est juste que je n’en avais pas nécessairement le temps. Tout comme la lecture... qui avait un peu pris le bord depuis la venue de Benjamin. Ça peut paraître anodin, mais tu vois, avec un enfant dans la maison, Mathieu et moi allions beaucoup moins souvent au cinéma; nous étions plutôt du genre à louer des films et à demeurer à la maison plutôt que de faire garder notre fils. Voilà une autre activité que je redécouvre.»

Un esprit et un corps sains
Tous ceux qui ont vu évoluer Patricia au petit écran depuis ses débuts ont constaté qu’elle n’a pas beaucoup changé physiquement. Toujours la même silhouette, sensiblement le même poids... «Je n’ai jamais vraiment fait attention à ce que je mange, je ne me prive pas de certains aliments, tout est une question d’équilibre, précise-t-elle. Je suis mon métabolisme, je le sens quand ça ne va pas. Tous les matins, avant d’entrer sous la douche, j’ai l’habitude de monter sur la balance. Je ne capote pas si j’ai 2 lb de plus, l’important est que mon poids ne soit pas exagérément élevé, ni exagérément faible; je pèse 120 lb depuis des années.» L’équilibre: voilà un mot qui revient régulièrement dans la bouche de Patricia.

Lors de sa grossesse, l’animatrice n’avait pris que 18 lb. Et elle précise que sa mère, lorsqu’elle était enceinte d’elle et de son frère jumeau, Patrice, n’avait pris qu’une vingtaine de livres, ce qui n’est évidemment pas beaucoup lorsqu’on porte des jumeaux. «Quand Benjamin est né, il a eu une petite jaunisse, et nous sommes restés trois jours à l’hôpital. Une fois rentrée à la maison, je pouvais déjà porter mes jeans! Je dois cependant avouer que, lorsque j’étais enceinte, j’ai mieux mangé et mieux dormi. Tout ça s’est fait naturellement, sans que je ne me dise qu’il fallait absolument que je surveille mon alimentation. Je mangeais beaucoup de fruits et j’ai commencé à boire de l’eau avec du citron, une habitude que j’ai conservée.»

S’il y a une chose que Patricia adore par-dessus tout, c’est bien de prendre le temps d’aller se faire masser, de se laisser dorloter. «C’est important pour moi de décrocher, de m’accorder du temps. Ça fait tellement de bien! J’aime me gâter, m’offrir de petits plaisirs.» De quoi vous donner envie de devenir épicurien!

Une fille bien entourée!

Photos: Patricia: Julien Faugère, Patricia et Mathieu: Pascale Lévesque / Maquillage: Bruno Rhéaume / Coiffure: Gaël Betts
Patricia avoue être une personne privilégiée, non seulement en raison du métier qu’elle exerce, mais aussi parce qu’elle se fait chouchouter chaque jour par trois personnes qui lui sont chères. «Tous les jours depuis 10 ans, trois spécialistes me coiffent, me maquillent et me trouvent de beaux vêtements. Ce sont toujours les mêmes et ils sont devenus mes amis. Je considère que je suis chanceuse de pouvoir profiter de leurs bons conseils.» On la comprend!

Ces trois experts beauté, ce sont le coiffeur Gaël Betts, le maquilleur Bruno Rhéaume et le styliste Réjean Desrochers. En ce qui concerne les vêtements qu’elle porte dans le cadre de son émission et qui viennent de différentes boutiques, il lui arrive souvent de les acheter. «Quand je sors de ma loge et qu’il y a trois personnes qui me disent que ce que je porte est beau, je l’achète», dit-elle. Pas plus compliqué que ça! «Réjean a une carte de crédit à mon nom, et c’est lui qui va magasiner pour moi. Quand je décide de garder un vêtement, je n’ai qu’à le lui dire et il se rend à la boutique le lendemain pour en faire l’acquisition. Ça m’évite de magasiner et, en plus, c’est bien parce que j’ai l’opinion de plusieurs personnes, ce qui me permet de faire de bons choix.»

Si elle avoue être en bonnes mains, Patricia a ses petites habitudes bien à elle depuis des années. «J’ai ma routine: j’applique tous les jours sur ma peau une crème de nuit et une crème de jour, de marque Lancôme, mais je n’ai pas une multitude de petits pots. Par contre, j’ai l’habitude de toujours me démaquiller avant de me mettre au lit. C’est primordial. Je me souviens d’une fois où j’étais très malade: j’étais partie de TQS 15 minutes avant le début de Flash pour revenir chez moi tellement j’étais mal en point. J’avais des nausées et de gros frissons mais, avant de me blottir sous les couvertures, j’avais quand même pris le temps de me démaquiller. C’est une habitude à laquelle je ne renonce jamais.»

haut