Ariane Labrèche
24h

Un Zoofest sans tabous 27 shows du ZooFest qui ont l'air pas pire pantoute

Un Zoofest sans tabous 27 shows du ZooFest qui ont l'air pas pire pantoute

MARTIN ALARIE/AGENCE QMI

Ariane Labrèche

Le jeune humoriste Anas Hassouna a choisi l'humour comme arme de choix pour démolir les préjugés avec Extrémiss, un des nombreux spectacles-concepts présentés cette année à Zoofest. Une offrande toujours tristement d'actualité, quelques jours après les attentats de Manchester et de Londres.

«Après les attentats de Paris, les gens traversaient la rue pour ne pas être sur le même trottoir que mes amis arabes et moi. J'ai choisi d'utiliser l'humour comme pied-de-nez à la peur et à l'obscurantisme. Comme l'a dit Adib Alkhalidey : je suis un humoriste, le contraire d'un terroriste!», martèle Anas Hassouna.

Adib Alkhalidey participera justement à Extrémiss, tout comme Eddy King ou encore Mehdi Bousaidan. Ensemble, ils décortiqueront l'extrémisme et la radicalisation au sens large. «J'ai douté de l'intérêt des gens pour un tel show, mais malheureusement, on voit que c'est toujours nécessaire d'en parler», laisse tomber Anas Hassouna.

Humour diversifié
En plus d'Extrémiss, la programmation de Zoofest regorge de spectacles à la forme et au contenu variés, et surprenants. «La liberté de création et la prise de risque assumée, c'est ce qui fait la force de notre festival», lance d'emblée le directeur général et artistique de Zoofest, Patrick Rozon.

Maladie mentale, immigration, maternité, cancer, et féminisme font partie des thèmes abordés par les artistes. «Le féminisme, on pense que c'est lourd et fatigant, mais ça peut être super drôle! Nous, on propose de l'humour critique, à teneur politique et baveuse», lance Judith Lussier, qui co-animera avec Lili Boisvert le Social Justice Warrior Show 2.

«Je pense que la diversité amène des sujets nouveaux! Les canaux de l'humour ne sont plus contrôlés comme avant, et ça décloisonne le tout. C'est ce qu'on voit à Zoofest», renchérit Lili Boisvert.

Primeurs
Si le Zoofest propose des sujets d'avant-garde, une des missions du festival est de présenter des exclusivités. L'occasion est bonne pour des humoristes de venir casser du nouveau matériel. «Pour moi, c'est un espace de création unique. C'est jazzé, je divague, j'essaie des trucs! C'est comme un mini bootcamp, parce que je fais neuf shows en 10 soirs», détaille Jay du Temple, qui présentera son nouveau 60 minutes, Mais, et animera le Not-Gala, «la nouvelle évolution Pokémon» de l'ancien Gala des refusés.

Entre une application mobile, de nouveaux 5 à 7 animés par Les Grandes Crues, un Spot Zoofest repensé aux coins Saint-Urbain et Maisonneuve et des spectacles de théâtre et de musique, ce festival hyperactif et décalé risque d'en mettre plein la vue du 6 au 29 juillet.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos