Camille Dufétel
Agence QMI

Claudine Sauvé présente une exposition inspirée de son histoire

Claudine Sauvé présente une exposition inspirée de son histoire

La directrice photo Claudine Sauvé. Photo Camille Dufétel / Agence QMI

Camille Dufétel

MONTRÉAL - La directrice photo Claudine Sauvé, qui a entre autres travaillé sur les téléséries «19-2» et «Tu m'aimes-tu?», présente une exposition centrée sur son histoire familiale à la Galerie Espace, sur le boulevard Saint-Laurent à Montréal. Rencontre.

«Ce sont toutes des photographies faites avec mon téléphone, sauf bien sûr les photos d'archives, souligne Claudine Sauvé. L'idée était de me libérer de tout ce qui est plateaux, équipes de tournage et lourdeur de la technique.»

L'exposition retrace tout un pan de son histoire de famille, liée en premier lieu à son arrière-grand-mère, Flore. «Ça fait longtemps que je veux parler d'elle, elle a pleuré toute sa vie le décès de son mari Henri après six mois de mariage; il lui avait écrit des centaines de lettres d'amour pour la courtiser. La peine a poussé mon arrière-grand-mère à les brûler, mais il en reste 13, que j'ai lues. Je suis une grande romantique et ça m'a touché.»

Claudine Sauvé a photographié les souvenirs de ce qu'elle appelle «une histoire d'époque» et partage également des extraits du journal de la grande sœur de Flore, Clarenda, atteinte de polio depuis l'adolescence et alitée jusqu'à ses 101 ans. Cette dernière a noté jour après jour les allées et venues de la famille.

«On a tellement d'histoires et de légendes, poursuit la photographe. Comme celle d'un rosier qui serait venu de France avec je ne sais quel ancêtre et qui porterait malheur: Flore en avait soi-disant eu un petit bouton quand elle est partie s'installer avec Henri. Ce rosier existe toujours et je n'y ai jamais touché!»

La directrice photo dit préférer les pivoines et en fait d'ailleurs apparaître dans son exposition. Elle a volontairement donné à ses œuvres, empreintes de nostalgie, une «texture de collé, abîmé» par le biais d'applications photographiques. «Ce sont des choix que je fais avant de prendre la photo, je ne fais aucune retouche après, souligne-t-elle. Ça reste une mentalité argentique.»

L'exposition constitue le premier chapitre d'un projet à plus long terme: «Il y aura plusieurs volets sur des personnages de ma famille», assure-t-elle.

Claudine Sauvé n'en est pas à sa première exposition: « Il y a 10 ans, j'ai eu une période particulièrement productive en photo, puis je me suis fait prendre par le cinéma: mais j'ai décidé qu'il fallait toujours je continue mon travail photographique.» Outre les téléséries, elle a travaillé sur de nombreux longs et courts métrages ainsi que sur des films documentaires.

En 2013 et 2014, son exposition «Les oiseaux passent en fuyant (et autres parenthèses)» était présentée au Québec, en France et aux États-Unis. Intitulée «Aujourd'hui, Flore a teint son costume bleu en noir», son actuelle exposition est présentée jusqu'au 23 février.

  • Encore plus de Glengarry Glen Ross au Rideau Vert
  • Grévin Montréal fait de la place pour La guerre des tuques
  • Luc Langevin séduit la France avec deux élastiques


  • Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


    Vidéos

    Photos