Sarah Maquet
Agence QMI

Luc Langevin séduit la France avec deux élastiques

Luc Langevin séduit la France avec deux élastiques

Luc Langevin.Photo Archives / Agence QMI

Sarah Maquet

Le magicien québécois Luc Langevin s'installe au Casino de Paris, du 10 au 21 février, pour son spectacle Réellement sur scène, rebaptisé pour l'occasion Créateur d'illusions. Encore inconnu en France, Luc Langevin, qui a investi 1 million $ dans cette tournée, doit séduire. Pari déjà gagné.

Une présentatrice télé qui bafouille, les yeux écarquillés, un sourire d'enfant sur le visage, la scène se répète dans les médias français ces derniers jours. Un seul responsable: la magie surprenante de Luc Langevin, ou plutôt Langevin comme l'appellent les Français. L'illusionniste a en effet laissé son prénom au Québec, car «pas assez vendeur», selon son attaché de presse.

Langevin déroule donc son opération séduction dans l'Hexagone. Son arme ultime? Deux élastiques. «Il a d'abord été difficile de convaincre les médias français de m'inviter, raconte-t-il, on m'affirmait que des numéros avec de petits accessoires ne seraient pas assez impressionnants, on me demandait au minimum de sortir un lapin d'un chapeau ou de scier une femme en deux.»

Pas le genre de Luc. À la première télé qui l'invite, il brandit ses élastiques, en enroule un autour des doigts de la présentatrice, glisse le second autour du premier, puis délie les deux «comme par magie». La journaliste ne s'en remet pas, elle jubile, répète en boucle: «c'est incroyable». Langevin sourit, puis il conclut sa victoire en bon illusionniste: «Finalement, je vous ai bien "enlastiqué"».

Depuis, le téléphone de son attaché de presse n'arrête pas de sonner et Luc multiplie les plateaux: télé, radio et même journaux, ses élastiques et lui commencent à être célèbres. Ne reste plus qu'à conquérir le public sur scène.

Là encore, Luc a tout prévu: «J'ai transformé le spectacle, notamment l'introduction. Au Canada, je pouvais faire référence à Michel Caillou, le premier magicien que j'ai vu sur scène et qui est à l'origine de ma vocation. Mais en France, je ne le cite pas, car personne ne le connaît. Il n'y a pas de "star" de la magie ici, il faut donc tout reprendre à zéro avec ce public.»

Pour bien faire, Luc observe attentivement l'humeur de la capitale française depuis son arrivée. «Bien sûr, on pense tout de suite aux attentats de novembre, j'imaginais trouver la ville oppressée, avec un climat lourd, j'ai douté avant de venir, je me suis demandé si les Français auraient vraiment le cœur à rêver.» Après quelques jours, il remarque, soulagé: «Bien sûr que les Français veulent de la magie et je trouve même qu'ils sont encore plus en demande de rêves aujourd'hui qu'avant.»

En attendant la première, le 10 février, Luc Langevin a trouvé sa routine parisienne. Chaque matin, il court au jardin des Tuileries, «mon endroit préféré à Paris», précise t-il. Un lieu de souvenirs aussi puisque c'est là qu'il a tourné l'été dernier une vidéo de magie en plein air. Vidéo diffusée il y a quelques semaines et grâce à laquelle sa chaîne YouTube est passée de 3000 à près de 30 000 abonnés.

Mais Luc court aussi pour chasser les moments de mélancolie. Car le Québec lui manque. «C'est la première fois que je suis loin de chez moi aussi longtemps, deux mois en tout, je m'ennuie de ma copine et de ma famille.» Heureusement, la magie de Paris l'occupe. Luc en a les yeux qui pétillent. «C'est une ville superbe où l'émerveillement vous surprend à chaque coin de rue», dit-il.

Un enchantement que l'illusionniste a bien l'intention de partager avec son nouveau public. Luc ou pas, le Langevin parisien va faire rêver la France, aussi fort et aussi longtemps que possible.

Opération déjà réussie: avant même la première, son spectacle est reprogrammé au Casino de Paris pour la fin de l'année.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos