Agence QMI

Gérald Bull, une «expo-canon»

Musée de Sutton - Gérald Bull, une «expo-canon»

Photo Fotolia

Dernière mise à jour: 03-10-2013 | 06h21

Pour certains, il était un scientifique averti, pour d'autres, rien de plus qu'un marchand d'armes. Cependant, aux yeux de sa famille, l'ingénieur Gérald Bull, qui a poursuivi, de 1960 à 1980 dans le secteur de Highwater, des recherches et des essais sur de supercanons à longue portée, l'homme était bien mal connu.

Le Musée de Sutton, en Montérégie, a décidé de proposer pour sa saison 2014 l'exposition «Top secret - Gérald Bull - une Expo-canon».

Pour Noémie Gilbert , 80 ans, la conjointe de Gérald Bull, ainsi que pour Robert, Richard, et Kathleen, ses enfants, l'initiative du Musée de Sutton s'avère une occasion de rêve pour lever le voile sur celui dont le nom a été associé à la CIA, au conflit en Afrique du Sud et à l'Irak de Saddam Hussein.

Gérald Bull, qui a résidé dans la région pendant une vingtaine d'années, a été assassiné en mars 1990, en Belgique. Plusieurs rumeurs ont circulé voulant que le Mossad, la CIA, les services secrets britanniques ou des agents iraniens puissent l'avoir tué, mais le mystère plane toujours.

Ces spéculations et ces demi-vérités ont fait mal à la famille et l'ont amenée à se replier et à se protéger. Toutefois, aujourd'hui, ils ont décidé de s'ouvrir. «Il y a eu tellement de spéculation, de désinformation», commente Richard. «On est rendus là dans notre processus de deuil, de dire: "Ce serait bien que la vérité sorte"», ajoute Kathleen.

Un visionnaire

L'exposition portera sur les recherches menées par la Space Research Corporation à Highwater et à la Barbade, entre les années 1960 et 1980, sur de supercanons capables de tirer sur de très longues distances à haute altitude.

«On pense tout de suite: "Canon, ah, c'est pour tuer!" Mais lui, c'était le contraire. Il disait: "Si on est bien, qu'on a des outils sophistiqués, on va empêcher les gens de nous attaquer pour rien."»

Les travaux de Gérald Bull donnaient du travail à pas moins de 300 personnes dans les années 60. Beaucoup des travaux de recherches faits en région valent encore aujourd'hui. «Il y a encore des données de la Space Research ou du projet Harp qui sont utilisées aujourd'hui par des scientifiques à travers le monde», souligne Robert.

«Pour moi, c'était un visionnaire», conclut Kathleen.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos