Raphaël Gendron-Martin
Journal de Montréal

Un an avant le grand jour

Guillaume Wagner - Un an avant le grand jour

Raphaël Gendron-Martin

Dernière mise à jour: 14-10-2011 | 08h28

Le 17 octobre 2012, au Théâtre Saint-Denis 2, Guillaume Wagner fera la rentrée montréalaise de son tout premier one-man show. Un an avant le grand jour, où en est la conception de ce spectacle attendu? Le Journal est allé rencontrer l’humoriste.

Guillaume Wagner s’est fait remarquer, ces derniers mois, par ses apparitions dans différents événements d’humour, où il ne s’est pas gêné pour livrer des numéros très directs et «rentre-dedans».

Ses propos, intelligents et parfois provocateurs, ont souvent été classés dans la même famille que Mike Ward et Jean- François Mercier. Cette année, le jeune humoriste a reçu deux trophées (Olivier et Juste pour rire) pour son travail qui s’est démarqué de ses compères.

Malgré ces récentes reconnaissances, Guillaume Wagner ne sent pas plus de pression à un an de la sortie de son premier spectacle. «Personnellement, il n’y a pas de stress qui vient avec les prix. Ç’a plutôt été un soulagement pour moi, de gagner. J’ai été accepté, je fais partie de la gang. Ces trophées m’ont enlevé de la pression, en fait.»

L’AIDE DE JEAN-FRANÇOIS MERCIER

Pour son premier spectacle, le comique de 28 ans a voulu mettre toutes les chances de son côté en demandant la collaboration de Jean-François Mercier, à la script-édition.

«C’est un auteur que je respecte beaucoup. Je le trouve impressionnant d’efficacité. Je le voyais souvent à Un gars, le soir et je n’osais pas lui demander de travailler avec moi. J’ai demandé à plein d’autres personnes de faire ma scriptédition avant d’oser approcher Jean-François. Je ne voulais pas le déranger et je savais qu’il disait non à toutes ces demandes-là. Finalement, je le lui ai demandé, et il a dit oui. Il m’a dit que j’étais pas mal un des seuls à qui il aurait dit oui. Ça m’a touché.»

Très méticuleux, Mercier a demandé à Wagner qu’il lui envoie pratiquement tout son matériel d’humour. «En lisant mes textes, il m’a dit que c’était un peu trop rough, trop négatif tout le temps. Mon style d’humour est souvent négatif et ça peut marcher durant 30 ou 45 minutes. Mais durant deux heures, on a des doutes. Il va donc falloir inclure de quoi de positif quelque part! C’est comme si on avait un steak présentement et qu’il fallait l’attendrir.»

Au niveau de la ligne directrice du spectacle, Guillaume Wagner mentionne que ses thèmes principaux sont l’image et l’individualisme. «C’est pas mal ce qui m’obsède dans la société. Ce sont les thèmes principaux du spectacle et je ne crois pas que ça va changer d’ici un an. Je ne pense pas que je vais me mettre tout à coup à parler de calinours et de pouliches!»

L’humoriste le reconnaît sans gêne, il a un style d’humour particulièrement baveux, qui ne plaît pas à tout le monde. «L’introduction du spectacle est vraiment désagréable, dans le sens où je dis au public toutes les personnes que je ne veux pas voir à mon spectacle.»

AMBIANCE DARK ET INTIME

Pour la mise en scène, Guillaume Wagner a fait appel à Daniel Fortin, qui a récemment remporté un Olivier pour son travail avec Mike Ward.

«Daniel est un artiste. Il a fait du design à travers le monde. C’est un gars de défi. On ne s’est rencontré qu’une seule fois jusqu’à présent, mais je lui ai dit que je voulais une ambiance dark et intime pour mon spectacle. Je veux qu’on mette l’emphase sur ce que je dis. Je ne peux pas critiquer l’image et avoir des danseuses avec des néons!»

Ce lundi, les billets du one-man show de Guillaume Wagner seront mis en vente au coût de 17,17 $ (plus frais). Le prix du billet augmentera d’un dollar tous les 17 du mois, jusqu’à la première du 17 octobre 2012.

«C’est un beat the clock, comme dans les bars où tu dois te dépêcher de te saouler si t’es pauvre. Là, il faut que tu te dépêches de m’aimer si tu n’as pas une cenne!»

Qui est Guillaume Wagner

* Né le 14 octobre 1983 à Lac-Beauport, près de Québec.

* Ses humoristes qui l’ont le plus marqué sont Bill Hicks, George Carlin et Chris Rock.

* A terminé l’École nationale de l’humour en 2006, la même année que Simon Cohen, Korine Côté, Sexe Illégal et Cathleen Rouleau.

* A fait son tout premier spectacle d’humour en 2004, à son ancienne école secondaire, Le Sommet, à Charlesbourg.

* A remporté l’Olivier de la Découverte de l’année et le trophée Révélation au Festival Juste pour rire, tous deux en 2011.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos