Dany Bouchard
Journal de Montréal

Une histoire de famille

 Je m'voyais déjà - Une histoire de famille

Dany Bouchard

Dernière mise à jour: 09-10-2010 | 19h48

Son idée a charmé les Français.

Katia Aznavour s’attaque maintenant au marché québécois avec la comédie musicale Je m’voyais déjà, créée autour des chansons de son célèbre père.

Une histoire de famille, du genre de celles qui plaisent au public d’ici.

Katia Aznavour, qui accompagne son père sur scène comme choriste, a eu l’idée de monter le spectacle Je m’voyais déjà en sortant d’une représentation de Mamma Mia!, la comédie musicale créée avec l’oeuvre de ABBA.

Après avoir obtenu le feu vert de son père, elle s’est tournée vers l’humoriste français Laurent Ruquier pour lui demander de pondre une histoire en assemblant quelques-unes des célèbres chansons qu’a écrites, composées ou interprétées Charles Aznavour.

Je m’voyais déjà raconte l’histoire de six jeunes qui sont rejetés lors d’une audition et qui décident de monter leur propre spectacle avec la complicité de Francesca, l’une de celles qui les ont justement écartés.

À LIRE AUSSI:
À Paris, le spectacle a été présenté au Théâtre du Gymnase à l’automne 2008, puis au Théâtre Comédia à l’hiver 2009.

Diane Tell et Véronique Rivière ont tour à tour prêté leurs traits à Francesca, alors que le rôle de Danny, le plus âgé des comédiens en auditions et ex-amant de Francesca, a été campé par Pablo Villafranca.

Le spectacle a été vu par quelque 200 000 spectateurs.

À compter de mardi, le spectacle, adapté par Pierre Légaré, s’installe à Montréal, au Théâtre Olympia.

«Au Québec, je sens qu’il est vraiment chez lui, confie Katia Aznavour à propos de son père.

«Il a débuté là-bas», rappelle-t-elle.

Katia Aznavour s’est beaucoup impliquée dans la création et l’adaptation du spectacle.

Au Québec, elle est l’une de celles qui ont choisi les sept comédiens-chanteurs: Judith Bérard, Frédérick De Grandpré, Sarah Dagenais Hakim, Martin Rouette, Élise Cormier, Hugo Lapierre et Jean-François Poulin.

«Je trouve vraiment qu’ils sont super. Ils chantent tous très bien, ils sont très respectueux, et ils comprennent très bien.»

Le soir de la première, mercredi, Charles Aznavour sera dans la salle, accompagné de son épouse.

«Ma mère ne se déplace pas souvent. Elle vient vraiment pour moi», confie Katia Aznavour, visiblement touchée.

DOUBLE LECTURE

Comme en France, le spectacle qui sera présenté ici porte la touche du metteur en scène Alain Sachs, un spécialiste des comédies musicales dans l’Hexagone.

«Les gens vont assister à une comédie musicale en traversant 45 chansons de Charles Aznavour. Chaque fois qu’on entend une chanson de Charles Aznavour dans le spectacle, on doit avoir une double lecture: on entend la chanson et la chanson permet de faire avancer l’histoire», explique-t-il.

Un peu comme dans Le Blues d’la métropole, la comédie musicale présentée plus tôt cette année, et construite à partir des chansons de Beau Dommage.

«C’est le même principe. On est dans la même famille», convient M.Sachs, qui a assisté à une représentation du Blues d’la métropole.

Si la mise en scène et la scénographie sont les mêmes qu’en France, les costumes, les arrangements musicaux et les chorégraphies ont été repensés pour le spectacle québécois.

«On a souhaité que l’action se passe à Montréal, signale le metteur en scène. «Ce n’est pas un spectacle français qui déboule.»

CHANTEURS ET INTERPRÈTES

Alain Sachs est particulièrement fier des artistes québécois qui composent la distribution.

«J’ai pu trouver à Montréal des artistes qu’on n’a pas en France. Globalement, les Québécois chantent beaucoup mieux que les Français. De tous ceux qui chantaient mieux les uns que les autres (plus de 300 ont été rencontrés en auditions), j’ai voulu trouver les meilleurs interprètes, ce qui n’est pas toujours le cas au Québec. J’ai vraiment trouvé les sept que je souhaitais», dit-il en ajoutant qu’ils sont «de grands travailleurs», avec de forts tempéraments, qui n’hésitent pas à partager leurs idées.

«Ils veulent toujours comprendre pourquoi on fait les choses. [...] Ils se donnent des idées, ce qui est très rare en France.»

Alain Sachs, comme Katia Aznavour, a le sentiment d’avoir en main un spectacle qui plaira beaucoup aux Québécois, qui furent après tout les premiers fans de Charles Aznavour.

«J’ai hâte de voir [...], j’ai vraiment confiance», confie Katia Aznavour.

«La difficulté en France était d’intéresser le jeune public, l’amener à connaître Charles Aznavour et ses chansons. Je ne crois pas qu’on aura ce problème au Québec», analyse Alain Sachs.

Le spectacle, au budget d’un million de dollars, repose sur 45 titres écrits et chantés par Charles Aznavour, à l’exception de trois (qu’il a écrits, mais qu’il n’a pas chantés): La plus belle pour aller danser, Un Mexicain et Retiens la nuit.

Environ 60% du spectacle est composé de chansons.

Je m’voyais déjà sera à l’affiche du Théâtre Olympia à compter de mardi, jusqu’au 30 octobre, et au Capitole de Québec, du 5 au 12 mai 2011.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos