Bienvenue au Cabaret

Place des Arts - Bienvenue au Cabaret

 

Catherine Chantal-Boivin

Dernière mise à jour: 06-03-2013 | 21h49

Les artistes de la nouvelle mouture de Cabaret ont présenté des extraits de la comédie musicale aux médias montréalais mercredi au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

Vêtu d’un simple pantalon avec bretelles, Luc Guérin, dans la peau du maître de cérémonie, est entré sur scène en entonnant les célèbres paroles «Willkommen, bienvenue, welcome», avant d’être rejoint par les charmantes danseuses du cabaret.

Brigitte Boisjoli, qui incarne la sublime Sally Bowles, a chanté Cabaret, la chanson thème de la comédie musicale. En robe noire et bas résilles, arborant sa chevelure platine, la chanteuse semble parfaite pour le rôle. «Je trouvais qu’elle avait le style pour jouer ça. Elle a dû apprendre à jouer, mais elle a beaucoup d’instinct», a mentionné Denise Filiatrault.

La metteure en scène n’a pas hésité une seconde quand on lui a demandé de retravailler sur le spectacle qui avait connu beaucoup de succès en 2004. «Beaucoup de comédies musicales ont des histoires plates à mourir, mais dans Cabaret, tout se tient. L’histoire est bonne et authentique. C’est un chef d’œuvre», a-t-elle ajouté.

Embrasser sa féminité

Pour Brigitte Boisjoli, le défi était de taille. «J’ai dû faire de la recherche pour travailler la profondeur de mon personnage. Sally est une femme complexe. C’est une boule d’énergie, mais en même temps, elle est sensible et prend beaucoup de drogue. Pour moi, qui suis sportive et qui ne prends pas de drogue, c’était un peu difficile de comprendre ce qu’elle vit», a confié l’artiste.

La chanteuse à l’allure garçonne, souvent entourée d’hommes pendant ses tournées, a également dû puiser dans sa féminité pour interpréter le rôle. «Ma mère a toujours dit que j’étais un petit garçon manqué. Ça me prenait un rôle comme celui-là dans ma vie pour me réconcilier avec ma féminité! J’ai dû me féminiser autant dans mes gestes, que ma démarche», a-t-elle mentionné.

L’Allemagne nazie

L’histoire de Cabaret se situe dans le Berlin des années 1930, alors que se prépare la Deuxième Guerre mondiale. Dans ce contexte politique tendu, les artistes du cabaret tentent de divertir leurs spectateurs et de leur faire oublier le monde extérieur.

«Forcément, il y a quelque chose d’ironique par rapport à mon rôle de maître de cérémonie. Le climat politique fait en sorte qu’on est bien loin de Disney World! Malgré tout, les artistes du cabaret font leur spectacle, mais ils rient jaune», a expliqué Luc Guérin.

Alors qu’elle incarnait une des danseuses du cabaret en 2004, Émily Bégin est de retour dans la production et interprète trois personnages féminins. «Mon défi, c’est de chanter une chanson complète en allemand correctement. S’il y a des Allemands dans la salle, ils doivent la comprendre», a lancé la chanteuse en riant.

Cabaret sera présenté au Théâtre du Capitole à Québec du 13 au 16 mars, puis du 20 au 24 mars et du 27 au 31 mars à Montréal à la Salle Pierre-Mercure.
 


Vidéos

Photos