Accueil Divertissement
 
Agence QMI
30 ans du Club Soda - Un spectacle animé par Michel Barrette
Photo Sébastien St-Jean / Agence QMI
Michel Barrette, humoriste, comédien et animateur, et Louis Saïa, metteur en scène du spectacle.

30 ANS DU CLUB SODA

Un spectacle animé par Michel Barrette

Patrick Delisle-Crevier
25-11-2012 | 16h38

MONTRÉAL – Avant de mettre les pieds au Club Soda, Michel Barrette était directeur de crédit dans une Caisse populaire de Jonquière, à Saguenay. Puis, suite à l’appel d’un ami, il s’est retrouvé sur la scène du Club Soda dans le cadre de l’un des populaires «Lundis des Ha! Ha!».

Trente ans plus tard, l’humoriste et comédien accompli doit beaucoup à la salle, qui lui a donné sa première chance et qui l’a vu grandir.

Michel que représente le Club Soda pour vous?

Si mon destin n’avait pas un jour croisé cet endroit, je ne serais pas où je suis aujourd’hui. Je dois beaucoup à cette salle. Le titre du spectacle du 3 décembre est «Je suis né un lundi… au Club Soda» et, dans mon cas, c’est bel et bien vrai. L’humoriste en moi est bel et bien né au Club Soda. C’est là que j’ai eu la chance de faire mes preuves et de me faire connaître dans le métier. Ce n’est pas rien et je ne suis pas le seul, plusieurs humoristes se sont fait un nom en passant sur la mythique scène du Club Soda.

Comment avez-vous entendu parler de cet endroit?

Une amie à moi m’a appelé un soir pour me dire qu’elle avait assisté à un spectacle dans une petite salle à Montréal et qu’elle avait ri toute la soirée en voyant des humoristes qui avaient 8 minutes pour faire leur preuve sur scène. Comme j’étais bon en improvisation, elle m’a conseillé de tenter ma chance et d’appeler une certaine Louise Richer et c’est ce que j’ai fait. Cet appel a changé ma vie et c’est tant mieux.

Que faisiez-vous avant de vous retrouver sur la scène du Club Soda?

J’étais malheureux comme un pape, je travaillais en tant que directeur de crédit dans une Caisse populaire. Je détestais ce travail qui m’ennuyait à mourir. Pour moi, ce boulot était purement alimentaire. Je n’y éprouvais aucun plaisir et ça me déprimait. J’avais besoin de ce changement, et vite.

Que retenez-vous de votre audition?

J’étais parti de Jonquière en autobus pour venir passer une audition dans un appartement de l’avenue De Lorimier à Montréal. Je me souviens, j’ai frappé à la porte et c’est nul autre que Serge Thériault qui est venu m’ouvrir. Je n’en croyais pas mes yeux et j’étais complètement sous le choc de voir que j’allais auditionner devant lui. Pire encore, au bout du corridor il y avait Claude Meunier. Rêve ou pire cauchemar? J’étais sur le point d’auditionner devant Paul et Paul, devant Ding et Dong, et j’étais mort de trac.

Comment a été votre audition?

Comme ma spécialité était l’improvisation, je me suis mis à improviser devant eux une histoire abracadabrante sur mon frère qui déménageait à Montréal. Le pire c’est que je n’ai même pas de frère dans la vie. Devant moi, Serge Thériault était mort de rire et Meunier ne réagissait pas… J’ai terminé mon improvisation en sortant en courant sur la rue et je ne suis pas revenu. Finalement, quelques jours plus tard j’ai eu un appel me disant que j’avais ma chance et que je ferais partie de la prochaine soirée.

Quel souvenir gardez-vous du Club Soda?

Quand j’y pense aujourd’hui, je me dis que ç’a été tout un tremplin pour plusieurs d’entre nous. De voir des Lise Dion, Daniel Lemire, André-Philippe Gagnon, les RBO, Le Groupe Sanguin et tellement d’autres. Nous montions sur scène et soit ça passait ou ça cassait. Le public de l’endroit était assez difficile à charmer. Tu avais intérêt à être drôle, disons, mais il y avait une ambiance incroyable chaque lundi.

À quoi peut-on s’attendre du spectacle du 3 décembre?

Ce sera à la fois magique et nostalgique de retrouver autant d’artistes sur la scène du Club Soda. Disons que ça risque d’être aussi couru qu’à l’époque. Je vais être là pour raconter des anecdotes et présenter les artistes. Ça va être toute une soirée, c’est certain.

Le spectacle Je suis né un lundi… au Club Soda sera animé par Michel Barrette et mettra en vedette Normand Brathwaite, Michel Courtemanche, Lise Dion, André-Philippe Gagnon, Rémy Girard, Bruno Landry, Stéphane Laporte, Sylvain Larocque, JiCi Lauzon, François Léveillée, Claude Meunier, Sylvie Potvin, Rock et Belles Oreilles et Pierre Verville. La mise en scène est signée par Louis Saia et la direction artistique par Louise Richer.

Pour plus d’information : www.clubsoda.ca.

haut