Accueil Divertissement
 
BUM
Louis-José Houde - Plus motivé que jamais
© Jean-François Desgagnés/Agence QMI
Louis-José Houde

LOUIS-JOSÉ HOUDE

Plus motivé que jamais

Taïna Lavoie
16-12-2011 | 08h09

«Je sais que le spectacle Les heures verticales est dans encore longtemps, mais en réservant déjà votre soir de janvier ou février 2013, vous pourrez répondre à des gens: Quoi, tu te maries? Je n'y vais pas, je suis déjà booké avec Big L!»

Voici ce que mentionnait Louis-José Houde sur son site internet officiel, il y a quelques semaines, alors qu'il ne savait même pas encore que des supplémentaires pour son troisième one man show seraient ajoutées à son programme de tournée. Rencontre avec cet humoriste qui ne se sent pas stressé, mais plutôt motivé par cette preuve d'appréciation du public.

Plus de 700 000 personnes ont assisté à tes deux derniers one man shows. La tournée des Heures verticales ne commence qu'en juillet 2012, et on affiche déjà complet. Peut-on dire que ton public est conquis à l'avance?

Je pense! C'est drôle, j'ai vu dernièrement mon premier billet des Heures verticales. Un spectateur m'a demandé de le signer… Ça fait bizarre, mais je peux confirmer que ce sont ces moments qui me stimulent et m'encouragent à travailler et être prêt. C'est une belle pression! Présentement, je teste une partie de mon matériel dans des soirées d'humour, des shows privés et corporatifs dont on n'entend jamais parler. Je garde quand même le noyau de mon spectacle secret jusqu'en juillet!

Parlons de ce noyau. Il semblerait qu'il sera beaucoup plus sombre et dramatique que lors de tes derniers spectacles. Comment vas-tu mélanger les difficultés quotidiennes à ton humour?

Je vais jouer à essai-erreur, en testant comme en ce moment. C'est le public, souvent, qui décide pour nous. Il faut qu'il s'identifie et rie. Dès que tu parles d'un sujet que tous ont vécu, il y a un lien qui se crée, mais je travaille encore fort pour trouver la bonne dose d'humour à ajouter à des thèmes comme le deuil, le stress et la maladie.

Quelle est l'ambiance idéale pour laisser libre cours à ton imagination, lors de la conception de numéros?

Mon set-up parfait, c'est à mon chalet dans les Cantons-de-l'Est. Je travaille vraiment bien à la campagne. Je n'ai d'ailleurs aucun stress à être seul dans le bois. Je suis un gars très urbain, mais la campagne, c'est vraiment vital et le bonheur total pour moi. À la maison, à Montréal, j'ai mon bureau. J'écris le matin, et le téléphone et l'ordinateur sont fermés jusqu'à midi. Je vais aussi écrire dans des restaurants du quartier anglophone où j'habite, ça m'inspire.

Comment trouves-tu l'humour anglophone?

Toutes mes influences sont anglophones et américaines. J'ai toujours aimé regarder de vieux spectacles de Chris Rock, d'Eddie Murphy et de Bill Cosby. J'ai vu plusieurs spectacles d'humour aux États-Unis et je trouve leur style direct et bien rythmé. J'aime aussi leur tradition de stand-up bien épuré du gars qui arrive seul avec son micro. Je risque d'ailleurs de faire ça dans mon prochain show.

Vas-tu tenter ce coup en France, après les fêtes?

Je n'ai pas le choix, je vais jouer au Point Virgule, où on compte seulement 120 places! Je ne pourrai pas me permettre un spectacle avec beaucoup de détails techniques. J'adore les grandes foules, comme au Centre Bell où j'ai fait cinq spectacles, mais au Point Virgule, il y a quelque chose de très agréable. On ressent toute l'intimité et les émotions. Le public est si près de la scène que les rires retentissent sur les murs. C'est vraiment un beau feeling!

Pour charmer le public français, nos humoristes ont souvent adapté leurs numéros. Feras-tu la même chose?

Moi, j'haïs adapter les affaires! Il faut être prudent quand tu as fait un numéro 500 fois et que tu te mets à changer des termes, ça peut être mêlant. Dans mon cas, je vais présenter un show presque totalement nouveau, qui pourra me servir pour l'avenir. Ce sera du matériel original, mais pour l'international. Les références locales et les jargons, je vais garder ça pour un prochain spectacle au Québec.

Tu penses donc déjà à un quatrième spectacle?

Veux-tu, on va commencer par faire le troisième!?

C'est à Québec, les 30 et 31 janvier et 1er et 2 février 2013 à la salle Albert-Rousseau et les 7 et 8 février 2013 au Grand Théâtre, que Louis-José Houde fera des heures supplémentaires avec son nouveau spectacle, Les heures verticales. À Montréal, il se produira au Théâtre Maisonneuve de la Place-des-arts du 12 au 16 février 2013, mais auparavant il fera à L'Étoile Banque Nationale de Brossard les 27 et 30 novembre 2012.

haut