Accueil Divertissement
 
JDM
Claudine Mercier - La fée Claudette
© Martin Bouffard - Journal de Montréal
Claudine Mercier

CLAUDINE MERCIER

La fée Claudette

David Patry
09-06-2007 | 04h00
Sortant de quatre années de tournée avec son troisième one-woman-show, Claudine Mercier pourrait se la couler douce. Mais ce serait mal connaître l’humoriste, qui en profite pour mener à bien quelques projets à la télévision et sur les planches.

«J’étais censée prendre du temps relax, mais ça n’a pas été relax!» lance Claudine Mercier, rencontrée cette semaine dans un restaurant de l’avenue du Mont-Royal. «Quand j’ai arrêté, je suis tout de suite tombée dans une comicographie avec Juste pour rire», indique-t-elle.

Tout un hommage pour l’humoriste de 45 ans, qui a profité de l’occasion pour retomber en enfance. C’est en parodiant Le Magicien d’Oz qu’elle a décidé de présenter les numéros les plus marquants de sa carrière. «Tu peux les laisser faire tout le boulot ou t’impliquer. Moi, j’ai préféré m’impliquer. Ça te ressemble plus dans ce temps-là. Et moi il faut toujours que je mette mongrain de sel!» lance-t-elle.

Dans la version éclatée du Magicien d’Oz de Claudine Mercier, l’épouvantail est interprété par Dany Verveine, l’homme métallique est le gars fatigué et le lion, faute de budget, a été remplacé par Mario Jean dans son personnage de mascotte.

«C’est bien de travailler quelque chose d’onirique un peu, de magique. Dans l’univers de l’imaginaire», affirme Claudine Mercier, qui a tellement apprécié qu’elle a également décidé demettre un peu de fantastique dans le DVD de son spectacle en créant Fée Claudette, un nouveau personnage qui en impose.

CRÉER, ENFIN!

Il faut dire que depuis la sortie de son spectacle, elle n’avait pas eu la chance de créer, et elle s’est donc laissé prendre au jeu. Elle se donne tout de même une bonne année pour écrire un nouveau spectacle. Pas question de bousculer les choses.

«Je veux prendre mon temps pour être inspirée. Il faut vivre aussi! Quand t’es en show, toutes tes fins de semaine sont occupées», indique-t-elle.

À l’instar de bien de ses collègues, elle ne s’abreuve pas d’humour pendant cette période de gestation. Si elle ne se tient pas très loin du milieu, afin de connaître les tendances, elle tente de ne pas se laisser influencer par le travail des autres.

«Parfois, ça peut limiter dans l’écriture. Comme la petite fille que je fais, tout le monde me disait que Dominique Michel l’avait déjà fait, que je ne devais pas le refaire, mais la mienne est tellement différente…» affirme-t-elle.

SUR LES PLANCHES ET À LA TÉLÉ

Si ce n’était que cela, Claudine Mercier pourrait profiter, du moins un peu, de ses temps libres. Mais elle doit de plus orchestrer un déménagement qui aura lieu en plein Festival Juste pour rire.

«Je m’en vais vivre en Suisse, pour payer moins d’impôts, lance-t-elle du tac au tac. C’est une blague! Mets pas ça!» ajoute-t-elle en riant de bon coeur.

Pendant le festival, Claudine Mercier apportera ses talents de clown et de chanteuse à deux galas.

Elle prépare notamment une petite comédie musicale avec Laurent Paquin. Un genre qu’elle aimerait bien explorer dans le futur. «J’ai déjà eu une offre, mais je l’ai refusée. C’était une comédie musicale que je n’aimais pas. Je n’avais pas aimé le film, alors ça ne m’a pas allumée. Peut-être que l’occasion va se représenter un jour.»

D’ici à ce qu’on la voie dans le prochain Notre Dame de Paris, Claudine Mercier se fera voir à la télé. Entre deux tournages de Rumeurs, série pour laquelle elle joue son propre rôle, elle se rendra à Bas-Caraquet, où elle a été conviée par Dany Turcotte et l’équipe de La Petite Séduction, afin de se laisser séduire par les habitants.

Mais ceux-ci auront la tâche facile. Claudine Mercier a déjà mis les pieds dans ce coin du Nouveau-Brunswick pour un spectacle, et elle en était repartie avec le souvenir de gens fort chaleureux et aimables.

haut