Accueil Divertissement
 
JDM
Florence - Encore et toujours impeccable
© Photo Journal de Montréal/Yvan Tremblay.
Jacques Rossi et Michel Daigle
Cote des internautes
0/5
(Nbre de vote : 0)

FLORENCE

Encore et toujours impeccable

Michel Therrien
Le Journal de Montréal
16-11-2006 | 12h17
Dernière oeuvre marquante de la première époque dramaturgique de Marcel Dubé, Florence profite du génie du metteur en scène Jacques Rossi, qui a su préserver la saveur originale du texte tout en y injectant sa passion palpable pour l'oeuvre et son sens aigu de la scénographie.

Née en 1957, Florence était le synonyme triple de l'émancipation du théâtre, de la femme et de la société québécoise.

Quarante-neuf années après sa création, le synopsis sur cette jeune secrétaire qui se pâme pour son patron et qui se bat pour son droit de faire ses propres choix pourra peut-être paraître archaïque au premier abord.

50 ans de modernité

Pourtant, les répliques et le sous-texte de Florence ont tout pour interpeller le spectateur des années 2000, qui reconnaîtra certains vieux stéréotypes qui perdurent, mais aussi et surtout les problématiques d'une société qui était et qui va devenir.

Moderne comme jamais dans le propos, le texte du Dubé semble ne jamais avoir vieilli et la scène durant laquelle Florence fait face à sa famille est non seulement poignante, mais elle est aussi le reflet d'un malaise social qui va éclater.

Et puisque le metteur en scène Jacques Rossi a su dynamiser le rythme du texte grâce à une scénographie vivante et en faisant un usage calculé des éclairages, des effets sonores, les néophytes devant l'oeuvre auront peut-être peine à croire que Florence a vu le jour il y a près de 50 ans.

Acessoires

Optant pour un choix éclairé d'accessoires signifiants et une certaine forme de dépouillement dans la présentation visuelle de la pièce, Jacques Rossi permet aux mots de Marcel Dubé de prendre tous leurs sens et d'offrir à ses personnages une dimension qui dépasse celle des décors.

Perfectionniste dans sa direction d'acteurs, il a aussi visiblement passé beaucoup de temps à étudier les détails qui font la personnalité de tout un chacun, et ce, que ce soit dans le ton ou dans la gestuelle.

On sent d'ailleurs le plaisir des différents comédiens à évoluer dans cet univers dans lequel ils peuvent parfois caricaturer la situation ou plonger dans un monde doux-amer à la saveur d'un passé révélateur d'une réalité de l'an 2000.

Pauline Martin

Dans ces différents tableaux où se joue le drame de Florence, on se plaît d'ailleurs à redécouvrir l'immense talent de Pauline Martin (Antoinette), qui, en compagnie des excellents Michel Daigle (Gaston) et Marie-Anne Alepin (Florence), offre une performance émouvante.

Ils sont admirablement secondés par les Pierre Gendron, Audrey Lacasse et Stéphane Bellavance, qui, dans leurs performances colorées, s'illustrent à tour de rôle dans des personnages représentatifs du peuple québécois que nous sommes devenus.

Florence, une pièce de Marcel Dubé, mise en scène de Jacques Rossi. Avec Pauline Martin, Michel Daigle, Marie-Anne Alepin, Pierre Gendron, Audrey Lacasse et Stéphane Bellavance. Au Théâtre Denise-Pelletier jusqu'au 6 décembre.

POUR EN SAVOIR PLUS
Fille d'aujourd'hui
COMMENTAIRES DES INTERNAUTES
Moyenne des votes :
Nombre de votes : 0
LAISSER VOS COMMENTAIRES
Écrivez vos commentaires :


Vos cotes :


Votre nom :


Votre âge :


Votre adresse électronique :




Canoë se réserve le droit de ne pas publier une critique qui pourrait porter atteinte à la nétiquette.